Coronavirus : la décision du CIO de maintenir, pour l'instant, les JO, est "totalement incompréhensible" pour la Fédération française de natation

"Je vois mal comment le CIO peut maintenir 11 000 athlètes dans un village olympique", estime Gilles Sezionale.

Les anneaux olympiques, à proximité du siège du Comité international olympique, à Lausanne.
Les anneaux olympiques, à proximité du siège du Comité international olympique, à Lausanne. (FABRICE COFFRINI / AFP)

"C'est totalement incompréhensible" pour Gilles Sezionale, président de la Fédération française de natation, de maintenir les prochains Jeux Olympiques prévus dans quatre mois au Japon, à Tokyo. Invité de franceinfo samedi 21 mars, le président de la FFN estime que cette décision du Comité olympique donne "l'impression que ca ne tient absolument pas compte de l'urgence sanitaire dans laquelle nous vivons".

Franceinfo : Le président du CIO l'a encore dit la nuit dernière. Selon lui, annoncer aujourd'hui un report, ce serait prématuré. Et pour vous, c'est incompréhensible ?

Gilles Sezionale : C'est totalement incompréhensible, en raison de l'urgence sanitaire que nous vivons en France, mais aussi dans d'autres pays. Par rapport aussi à la situation des athlètes qui chez nous avec le confinement sont à l'arrêt. Ils ne peuvent plus du tout avoir accès à leurs équipements pour s'entraîner. Quand le CIO dit "allez vous entraîner", c'est limite. On a vraiment l'impression que ca ne tient absolument pas compte de l'urgence sanitaire dans laquelle nous vivons.

Dans notre sport comme dans beaucoup de sports, quand vous arrêtez l'entraînement pendant les 35 ou 45 jours, la durée prévue du confinement, c'est très compliqué de pouvoir performer et même de se qualifier, parce qu'il ne faut pas oublier que la plupart des sportifs ne sont pas encore qualifiés pour les Jeux.Gilles Sezionale, président de la FFNà franceinfo

On voit mal comment ils peuvent performer et faire les minima requis pour aller aux Jeux olympiques. Le CIO parle de faire des invitations, mais ça met tout le monde dans l'inconfort total.

Les Jeux olympiques, c'est une manne financière énorme. C'est ça qui bloque pour annoncer dès aujourd'hui le report ?

Je pense que ça entre en ligne de compte. Après, quand on entend des arguments par rapport au calendrier... De toute façon, toutes les fédérations internationales se calquent sur le calendrier [des JO]. Si, effectivement, le CIO annonce un report des Jeux, toutes les fédérations calqueront un nouveau calendrier par rapport à cette date-là. Donc ce n'est pas vraiment, à mon avis, un argument. Le principal argument, effectivement, on peut penser que c'est l'argument financier. Mais quand on voit que le football a décalé [les championnats et les coupes], quand on voit la Formule 1 qui est arrêtée, la NBA arrêtée... Je pense que c'est aussi des décisions très fortes qui sont prises.

Est ce qu'il ne faudrait pas tout simplement dire "si les Jeux se tiennent aux dates fixées, on n'y participera pas" ?

C'est difficile de prendre la décision par rapport aux athlètes. Il y aura toujours quelques athlètes qui voudront y aller coûte que coûte. Mais y aller pour ne rien faire, entre guillemets, puisque vous n'êtes pas préparé pour, encore une fois, ça me paraît très, très limite.

Je vois mal comment le CIO peut maintenir 11 000 athlètes dans un village olympique.Gilles Sezionale, président de la FFNà franceinfo

On sait très bien que, selon les données que l'on a actuellement, la pandémie va évoluer en fonction de certains pays et donc il y aura toujours des risques assez conséquents pour la santé de nos athlètes. C'est surtout ça dont il faut aussi tenir en compte. Il y a le problème de pas pouvoir s'entraîner, mais aussi le problème que, si demain, on confine 11 000 athlètes sur le site du village olympique, ça me paraît quand même très limite.