"À notre âge on a la flemme !" : les jeunes Français ne font pas du tout assez de sport, selon l'OMS

L'Organisation mondiale de la santé publie une étude sur l'activité physique des adolescents. La France est extrêmement mal placée, très loin derrière le Pakistan, le Kenya ou encore les États-Unis. 

Des jeunes skateurs sur une rampe de skatepark (illustration).
Des jeunes skateurs sur une rampe de skatepark (illustration). (TÉO LANNIÉ / MAXPPP)

D'après une étude de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 80% des enfants scolarisés dans le monde ne font pas l'heure d'activité physique quotidienne recommandée. Surprise : la France est dans les tréfonds du classement, à la 119e place sur 146 pays étudiés. En cause, notamment : des journées scolaires bien trop chargées.

"On finit tard, on commence tôt... et après il faut faire les devoirs quand on rentre", confirme Alexandra, une jeune Parisienne de 16 ans. Elle admet être très loin des 60 minutes quotidiennes de sport réglementaires. "Après, le week-end, on pourrait, mais..." Une autre adolescente, du même âge, affirme avoir été très portée sur le sport mais ça, c'était avant : "J'ai fait du foot, de la natation, du badminton, du volley. Mais aujourd'hui ? Rien, je suis à la retraite ! Il faut dire les choses, à notre âge on a la flemme."

Les États-Unis bien mieux placés que la France

Selon l'OMS, les bienfaits du sport pour la santé des adolescents sont nombreux. En plus, pratiquer une activité physique améliore le développement cognitif et permet une meilleure socialisation. Et pourtant, avec 87% des 11-17 ans qui font moins de 60 minutes d'activité physique par jour, la France fait moins bien que le Pakistan ou le Kenya. "Les mathématiques, le français, les langues... Il y a beaucoup plus d'importance mise sur ces sujets-là que pour l'activité physique", explique Regina Guthold, l'une des docteurs de l'OMS à l'origine de l'étude.

J'habite en France, j'ai trois enfants, c'est vraiment difficile d'intégrer l'activité physique dans les journées.Regina Guthold, docteure à l'OMSà franceinfo

La chercheure n'est pas surprise par les conclusions de l'étude : "En France, je sais que les enfants vont à l'école du matin jusqu'au soir. Ils reviennent à la maison, ils ont des devoirs à faire. Comment peuvent-ils faire une heure d'activité physique chaque jour si toute la journée est pleine ?"À l'inverse, et contrairement aux idées reçues, les États-Unis font figure de premiers de la classe. Justement parce que le système scolaire américain accorde une large place au sport dans les programmes scolaires. Ce qui n'empêche pas les adolescents américains d'être plus touchés par les problèmes de surpoids que les jeunes Français.