Urgences : deux personnes meurent en salle d’attente à Tours

Deux personnes âges sont décédées aux urgences de Tours en un mois. Deux drames qui posent la question du manque de moyens dans les hôpitaux français.

Voir la vidéo

Est-ce la loi des séries ou un dysfonctionnement plus profond ? Deux drames sont intervenus au service des urgences de Tours (Indre-et-Loire). Deux femmes sont décédées en salle d‘attente sans avoir été prises en charge par les personnels soignants face à l’afflux de patients. Le personnel n’aurait pas eu le temps de s’occuper des deux vieilles dames. Il y a cinq semaines, une femme de 88 ans a trouvé la mort sur son brancard, six heures après son arrivée. Deux semaines plus tard, une autre femme de 93 ans, très malade est, elle, morte dans les mêmes conditions. Un choc pour le personnel soignant. "Ce qui a choqué le plus l’équipe c‘est que nous n’avons pas pu, nous les personnels soignants, les accompagner dans leur décès. Elles sont décédées sans une salle d’attente bondée au milieu d’autres patients qui attendaient. Et ce qui choque le plus c‘est quand la direction a parlé d’un événement indésirable grave", raconte anonymement une femme du personnel soignant.

La direction relativise

Selon la direction, il n’y a pas eu d’erreur, les patients ont été correctement accueillis et n’étaient pas en urgence absolue. Ce n’est pas non plus un problème de moyens, selon elle. Les syndicalistes dénient cela et s’en prennent au gouvernement, responsable selon eux. Un préavis de grève a été déposé au CHU de Tours jeudi prochain.

>> Buzyn s'engage à changer le système de santé

Le JT
Les autres sujets du JT
Un véhicule du Samu (Service d\'aide médicale d\'urgence), en mars 2017.
Un véhicule du Samu (Service d'aide médicale d'urgence), en mars 2017. (SEBASTIEN JARRY / MAXPPP)