Cet article date de plus de quatre ans.

Pour la première fois, un couple est autorisé à conserver par anticipation le sang du cordon ombilical de son enfant

Le couple demandait le droit de conserver le sang du cordon ombilical de son bébé à naître, pour les cellules souches qu'il contient, au cas où l'enfant développerait une maladie grave.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Devant le tribunal, les parents ont invoqué de lourds antécédents médicaux dans leurs familles. (MARIA MANCO / CULTURA CREATIVE / AFP)

Un couple a obtenu le droit de faire congeler le sang du cordon ombilical de son enfant à naître, au cas où il développerait une maladie grave dans le futur, selon les informations de RTL et du Parisien, publiées lundi 12 décembre. La justice française n'avait jamais autorisé la conservation, à des fins privées et par anticipation, d'un cordon ombilical, considéré comme un déchet médical en France.

Les cellules souches du cordon, dites hématopoïétiques, permettent de soigner certaines maladies, comme la leucémie. En France, le don de sang de cordon est normalement anonyme et gratuit, comme le prévoit la loi de juillet 2011 relative à la bioéthique. Mais le texte prévoit que "par dérogation, le don peut être dédié à l'enfant né ou aux frères ou sœurs de cet enfant en cas de nécessité thérapeutique avérée et dûment justifiée lors du prélèvement". Jusqu'à présent, cette dérogation n'avait concerné que des couples ayant des enfants déjà malades.

L'espoir de pouvoir soigner un jour l'enfant

Dans une requête adressée en octobre au tribunal de Grasse, la mère du bébé avait justifié sa demande en invoquant de lourds antécédents familiaux, notamment des cancers du pancréas et du foie, précise Le Parisien. Les cellules souches présentes dans le cordon pourraient donc un jour sauver l'enfant s'il venait à développer une maladie grave : "C'est peut-être un futur cadeau que je fais à mon enfant, de pouvoir demain se soigner grâce à ça. J'aurais regretté de ne pas le faire. Même si demain ça ne fonctionne pas", avait-elle écrit, selon RTL.

Dans son ordonnance datée du 21 novembre, la vice-présidente du tribunal de Grasse affirme que "les parents peuvent conserver les cellules du sang du cordon et du placenta au regard de nécessités thérapeutiques justifiées"Pour conserver ces cellules, après l'accouchement, le cordon ombilical va être prélevé et congelé par une société britannique spécialisée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Don d'organes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.