Sites de conseils sur la santé : la rémunération des médecins en question

Un nouveau site de conseils sur la santé relance les interrogations du Conseil national de l'Ordre des médecins, autour de la rémunération des praticiens intervenant sur internet.

(La rémunération des médecins par internet suscite des interrogations au Conseil de l'Ordre (illustration) © MaxPPP)

Il y a quelques mois, la création du site deuxiemeavis.fr avait provoqué une polémique autour de la rémunération de médecins. Le conseil national de l'Ordre des médecins y avait vu une forme d'uberisation de la profession et se montrait circonspect vis-à-vis de cette pratique. La création d'un nouveau site en janvier mesdocteurs.com proposant des conseils payants relance les interrogations.

A LIRE AUSSI ►►►Les sites internet de téléconseil santé

 

L'idée du site est partie du constat que tout le monde aujourd'hui va chercher des conseils dans le domaine de la santé sur internet. Les informations n'y sont pas toujours très fiables, souvent anxiogènes et elles sont données par des internautes sans connaissances médicales très solides. Autant demander conseil à de vrais médecins mais leurs interventions ne sont pas gratuites. Le site mobilise aujourd'hui une soixantaine de généralistes et de spécialistes qui répondent aux interrogations selon leur disponibilité, par exemple entre deux rendez-vous.

Une grille tarifaire en fonction des compétences

La réponse donnée dans les quinze minutes vaut 5,90 euros. Elle est majorée de deux euros si c'est un spécialiste qui intervient. Il est possible de discuter avec le médecin et la possibilité de "chatter" est aussi tarifée. La conversation coute 1,90 euro la minute, majorée de 60 centimes si elle est menée par un spécialiste. Il peut être amené par exemple à répondre à l'inquiétude d'un gros fumeur en ces termes : "J'ai souvent des pointes dans le cœur, cela m’inquiète, est-ce le signe d'un prochain d’un infarctus du myocarde ?"

Le Conseil national de l'Ordre des médecins, sans condamner formellement la méthode, s'interroge. Son vice-président Jacques Lucas relève l'ambiguïté de la situation. Un médecin appelé par téléphone par un patient "ne peut pas prendre d'honoraires, c'est interdit" dit-il, "or, sur la plateforme, le médecin qui va vous apporter une réponse, lui, peut être rémunéré"

"Il y a là quelque chose d'incompréhensible qu'il faut lever"

Les créatrices de la plateforme avaient précédemment fondé un site réputé de vente de vêtement en ligne. Pour clarifier les choses, le Conseil national de l'Ordre des médecins réclame depuis le début de l'année une réglementation précise autour de ces pratiques marchandes sur la santé.