Cet article date de plus de huit ans.

Un bébé "guéri" du Sida : les spécialistes réservés

Pour la première fois de l'histoire, un bébé, contaminé par le virus du Sida à la naissance, a été guéri après un traitement très précoce. Une première qui ouvre des perspectives en termes de recherche, mais qui ne représente pas directement un espoir de guérison pour tous les nourrissons atteints, alors que la prévention de la transmission mère/enfant semble plus efficace.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Le terme de
"guérison " est-il bien adapté ? Après l'annonce, ce lundi, de la
"guérison " d'un nourrisson infecté par le virus du Sida
, les experts
tendent à tempérer les espoirs d'une éradication du virus chez les enfants. "Il
faut être prudent
", assure le professeur Stéphane Blanche, spécialiste du
sida à l'hôpital Necker de Paris. "Le terme de guérison n'est pas
pertinent
", souligne-t-il.

Il faut en effet noter que
le traitement administré de façon très précoce à cet enfant (dans les trente
heures qui ont suivi l'accouchement, soit beaucoup plus tôt que ce qui est
pratiqué habituellement) n'a pas permis d'éradiquer totalement le virus dans
son organisme. Le VIH est simplement assez affaibli pour être maîtrisé par les
défenses immunitaires de la fillette sans qu'un traitement soit nécessaire : on
dit alors que l'enfant est "contrôleur ". En revanche, rien
n'assure que le virus ne se réactivera jamais. John Frater, chercheur à
l'université d'Oxford, préfère alors parler de "rémission "
plutôt que de guérison.

Priorité au traitement
des femmes enceintes ?

En outre, "nous ne
sommes pas certains que ce résultat soit généralisable et reproductible
",
affirme le docteur Harry Moultrie de l'université de Johannesburg. Parmi les
patients traités très précocement, ceux qui deviennent contrôleurs ne sont pas
majoritaires. Au contraire, ils sont même une extrême minorité, comme le
souligne le professeur Jean-François Delfraissy, président de l'Agence
nationale de recherche sur le Sida
:

Il est "illusoire "
de penser que l'on peut faire des tests sur les bébés et les traiter dans les
deux jours qui suivent leur naissance, estime le Pr. Stéphane Blanche. En
revanche, les spécialistes mettent l'accent sur la nécessité de dépister les
femmes enceintes. Le traitement de la mère pendant la grossesse, si le VIH est
dépisté à temps, permet d'éviter 98% des risques de transmission de mère à
enfant
, précise Jean-Marie Le Gall, responsable du secteur "innovation et
recherche" à l'association Aides.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sida

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.