VIDEO. On vous raconte l'histoire de l'association Act Up

Leur mot d'ordre : Silence = Mort. Voici l'histoire d'Act Up, l'association qui a poussé les pouvoirs publics à agir face à l'épidémie du sida.

BRUT

Leur mot d'ordre : Silence = Mort. Leur symbole : un triangle rose, inspiré par celui utilisé par les nazis pour identifier les homosexuels durant la Seconde Guerre mondiale. Leur but : organiser des actions marquantes, mais non-violentes, pour alerter sur la gravité de l'épidémie de sida et pousser les pouvoirs publics à agir. "J'ai personnellement perdu 18 amis qui faisaient partie de mon cercle proche et de ma communauté. C'est comme en temps de guerre, vous avez ce genre de statistiques qui vous affectent personnellement", déclarait Larry Kramer, celui qui a créé Act Up en 1987 à New York.

Des actions coup de poing

En 6 ans, entre la découverte des premiers cas de VIH et la création d'Act Up, plus de 50 000 personnes décèdent du virus. Parmi les premiers combats menés par l'association aux États-Unis : le prix des premiers traitements, jugé inatteignables par une grande part des malades. Dès 1987, des sections d'Act Up ouvrent dans plusieurs villes des États-Unis. En 1989, une section française est créée : Act Up-Paris. Comme aux États-Unis, les militants multiplient les actions coup de poing. En 1993, les militants français marquent les esprits en déroulant un préservatif géant sur l'obélisque de la place de la Concorde à Paris. 

La colère comme moteur

Des deux côtés de l'Atlantique, les militants organisent des "die-in" : ils s'enchaînent à des portails de laboratoires de médicaments et dispersent des cendres de défunts sur la pelouse de la Maison Blanche ou ensanglantent ses grilles... La colère est leur moteur pour faire bouger les politiques et les agences de santé dans la recherche d'un traitement. C'est notamment grâce à Act Up que les premières trithérapies sont mises sur le marché en 1996, permettant aux malades de vivre avec le virus. Au début des années 2000, les militants américains manifestent pour demander des traitements pour les pays en voie de développement.

En 2017, pour les 30 ans de l'association, les militants défilent à la Pride de New York avec des cercueils portant les noms des services de santé mis à mal par Donald Trump. Le 27 mai 2020, Larry Kramer, le fondateur d'Act Up atteint du VIH depuis de nombreuses années, meurt d'une pneumonie. Il avait 84 ans. 

VIDEO. On vous raconte l\'histoire de l\'association d\'Act Up
VIDEO. On vous raconte l'histoire de l'association d'Act Up (BRUT)