Sida : un élu local veut lever les derniers tabous

Invité de Soir 3, Jean-Luc Roméro, président d’Elus Locaux Contre le Sida,veut faire changer le regard porté sur les séropositifs.

"Derrière le mot sida, il y a des hommes et des femmes". Des être humains, dont lui-même fait partie. Jean-Luc Romero, président d’Elus Locaux Contre le Sida, est lui-même séropositif depuis trente ans. Et comme nombre de séropositifs dorénavant, il le vit bien.
Il rappelle que l’avancée de la médecine permet aux personnes infectées par le VIH de mener une vie normale et veut que ces dernières soient considérées comme telles. "Depuis que j’ai annoncé ma séropositivité, je me suis engagé pour permettre à des personnes de témoigner à visage découvert. Car aujourd’hui, cette maladie est invisible".

La peur de l’aveu

Il est l’un des rares du monde politique à avoir déclaré publiquement sa maladie. "Ce qu’on ne voit pas, n’existe pas. Il faut que certains osent le dire et se livrent". L’élu local a d’ailleurs lancé un appel aux mairies et aux entreprises à exposer sa série de portraits "portraits de viHes" pour aider à changer le regard des gens sur les séropositifs.

Demain, jeudi 1er décembre, ce sera la journée mondiale de lutte contre le sida. Jean-Luc Romero vit depuis trente ans avec la maladie et il est l\'invité du journal de 13 heures ce mercredi 30 novembre.
Demain, jeudi 1er décembre, ce sera la journée mondiale de lutte contre le sida. Jean-Luc Romero vit depuis trente ans avec la maladie et il est l'invité du journal de 13 heures ce mercredi 30 novembre. (France 2)