INFO FRANCEINFO. Les personnes porteuses du VIH ou d'une hépatite pourront désormais bénéficier de soins funéraires

Les soins funéraires pour les personnes porteuses du VIH ou d'une hépatite ont été autorisés jeudi par la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Un cercueil dans la chambre froide du centre funéraire de Mulhouse. (Photo d\'illustration)
Un cercueil dans la chambre froide du centre funéraire de Mulhouse. (Photo d'illustration) (JF FREY / MAXPPP)

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a signé, jeudi 20 juillet, l'arrêté autorisant les soins funéraires pour les personnes porteuses du VIH ou d'une hépatite, révèle franceinfo. La levée prendra effet le 1er janvier 2018. Depuis 1986, les personnes qui sont porteuses du virus du sida ou d'une hépatite ne pouvaient pas bénéficier des soins funéraires de conservation.

Un collectif de six associations de lutte contre le sida et les maladies infectieuses avaient appelé en mai le président Emmanuel Macron tout juste élu à lever l'interdiction de soins funéraires pour les personnes séropositives. Une "discrimination gravée dans le droit français" qui durait depuis 31 ans, selon leur communiqué.

Une interdiction qui empêchait "le procesus du deuil"

Les soins funéraires pour les personnes décédées du VIH (mais aussi de la rage ou de certaines hépatites virales) sont interdits depuis 1986 en France, notamment à cause du "discours associant encore et toujours séropositivité et dangerosité" du risque de contamination du thanatopracteur, la personne qui prodigue les soins funéraires.

Act Up-Paris, Actions Traitements, AIDES, Sidaction, SOS Hépatites, et Élus locaux contre le sida assuraient alors que cette "discrimination empêche le processus de deuil" des proches des défunts, en "compliquant l'accès au corps", "quitte à ce qu'ils voient un cadavre présentant des traces de décomposition".