Sida : des chercheurs espagnols découvrent une nouvelle mutation génétique résistante au VIH

Cette mutation génétique rare concerne le gène TNPO3, qui joue un rôle dans le transport du virus à l'intérieur des cellules. 

Kit de dépistage du sida à l\'université Pierre et Marie Curie, à Paris, le 30 novembre 2017.
Kit de dépistage du sida à l'université Pierre et Marie Curie, à Paris, le 30 novembre 2017. (MAXPPP)

Une mutation génétique extrêmement rare, responsable d'une maladie musculaire touchant une centaine de personnes, crée une immunité naturelle contre le virus du sida, ont rapporté jeudi 29 août des chercheurs espagnols dans la revue médicale PLOS Pathogens (en anglais). Ces derniers espèrent que cette découverte puisse servir à l'élaboration de nouveaux médicaments anti-VIH.

Une première mutation était bien connue jusqu'à présent : celle découverte après avoir été transmise au fameux "patient de Berlin", Timothy Brown, guéri du VIH grâce à une greffe de cellules-souches contenant une mutation rare du gène CCR5, qui confère une immunité naturelle contre ce virus.

La nouvelle mutation concerne un autre gène (Transportine-3 ou TNPO3) et est beaucoup plus rare : elle a été découverte il y a des années chez une même famille en Espagne dont les membres sont atteints d'une maladie musculaire extrêmement rare appelée dystrophie musculaire des ceintures de type 1F.

Des lymphocytes résistants au VIH

Les médecins se sont aperçus que des chercheurs sur le VIH s'intéressaient de leur côté au même gène, car il joue un rôle dans le transport du virus à l'intérieur des cellules. Ils ont donc contacté des généticiens de l'Institut de santé Carlos III à Madrid, qui ont eu l'idée de tenter d'infecter, in vitro, des cellules sanguines des membres de cette famille espagnole avec le virus du sida.

Ils ont alors découvert que les lymphocytes des malades étaient naturellement résistants au VIH. Le chemin est encore long pour exploiter cette faille afin de produire un nouveau médicament. Mais la découverte de cette résistance naturelle confirme que le gène TNPO3 est une autre cible intéressante pour barrer la route au virus.