Plus d'un Français sur trois a déjà vécu une période de pauvreté

Le 11e baromètre Ipsos-Secours populaire, publié jeudi 14 septembre, révèle que 57% des Français se sont déjà sentis menacés par la pauvreté. 37% l'ont même déjà connue. 

Le logo de l\'association Secours populaire, le 21 décembre 2014 à Paris. 
Le logo de l'association Secours populaire, le 21 décembre 2014 à Paris.  (DOMINIQUE FAGET / AFP)

"La pauvreté s'enracine et s'étend, touchant des pans entiers de la population." Le constat du 11e baromètre Ipsos-Secours populaire, publié jeudi 14 septembre, est "sans appel". Dans une société en "précarisation", de plus en plus de Français se sentent menacés par la pauvreté. Et plus d'un Français sur trois - 37% - l'ont déjà vécue. 

Ce sondage annuel, réalisé fin juin auprès de près de 1 300 personnes, montre également que le seuil de pauvreté aux yeux des Français augmente sensiblement. Les personnes interrogées considèrent que le seuil de pauvreté est en moyenne de 1113 euros, soit 45 euros de plus qu'en 2016. En dix ans, ce seuil de pauvreté subjectif a augmenté de près de 100 euros. 

Le Secours populaire note aussi qu'il n'y a aujourd'hui "aucun signe notable d'amélioration du quotidien des plus démunis, bien au contraire". Dans plusieurs départements, l'association a noté une hausse des demandes d'aides, variant de 15 à 50% cette année. Peur de la pauvreté, précarité croissante, notamment pour les seniors : franceinfo revient sur les conclusions de ce baromètre. 

Plus d'un Français sur deux déjà menacé par la pauvreté

En 2017, 57% des Français déclarent avoir déjà pensé être "sur le point de connaître une situation de pauvreté". Parmi eux, 37% assurent avoir déja vécu une telle situation. Et ce sentiment de menace prend de l'ampleur : la part des Français concernés a augmenté de 2% en seulement un an, rapporte le baromètre Ipsos-Secours populaire. 

Selon l'association, 57% des Français craignent également de ne pas pouvoir faire face à un imprévu. 20% d'entre eux se disent même très inquiets à ce sujet. Près de deux Français sur trois - 58% - ont peur de ne pas être capable d'assumer, par exemple, la dépendance d'un proche. 

Cette inquiétude face à la pauvreté s'exprime également pour les jeunes générations. 84% des Français sont convaincus que leurs enfants ont plus de risques qu'eux de connaître une période de pauvreté. Plus de la moitié des sexagénaires pensent même que ces risques sont "beaucoup plus élevés" pour les enfants.

Près d'un Français sur cinq vit à découvert

Le 11e baromètre Ipsos-Secours populaire révèle en parallèle qu'une part croissante de la population se rapproche de la précarité. Selon cette étude, 36% des Français parviennent à peine à "boucler" leur budget avec leurs revenus mensuels. 40% arrivent "à mettre un peu de côté", et seuls 3% sont capables de "mettre beaucoup d'argent de côté" chaque mois.

19% des Français, soit près d'un sur cinq, vit aujourd'hui à découvert. 8% d'entre eux voient leur situation financière se dégrader, et craignent même de "tomber dans la précarité". Cette situation concerne particulièrement les femmes, les employés et ouvriers ainsi que les personnes peu diplômées. 45% des Français vivant avec moins de 1200 euros par mois sont à découvert. 

Plus de 30% des Français peinent à payer leurs loyers et leurs impôts

Le chiffre n'est pas anodin. 34% des personnes interrogées pour le baromètre Ipsos-Secours populaire estiment avoir des difficultés pour payer leur loyer ou leur emprunt immobilier. Ils sont autant à rencontrer des problèmes pour payer leurs impôts. Chez les Français gagnant moins de 2000 euros par mois, la part des personnes ayant des difficultés à payer leur logement s'élève à près de 50%. 

Encore plus de Français - 39% - peinent à payer des actes médicaux peu ou pas remboursés par la sécurité sociale. Ils sont 45% à pouvoir difficilement partir en vacances une fois par an, et 43% à se priver de sorties culturelles. 

Quant aux personnes "les plus pauvres", elles "manquent de tout", constate le Secours populaire. 44% des ménages gagnant moins de 1 200 euros par mois ont "du mal à se procurer une alimentation saine permettant de faire trois repas par jour", rapporte l'association. 

Les seniors, de plus en plus affectés par la pauvreté

Dans son baromètre, le Secours populaire s'inquiète aussi de la précarité croissante qui touche les Français de plus de 60 ans. "Face au nombre croissant de personnes âgées se présentant dans ses permanences, le SPF s’inquiète de la pauvreté qui affecte de plus en plus cette partie de la population", explique l'association. "La détérioration des conditions de vie des seniors est manifeste dans les permanences d’accueil de l’association", poursuit-elle. Elle "paraît s’aggraver considérablement". 

Selon l'étude du Secours populaire, les demandes d'aides de la part des seniors ont augmenté de près de 50% en un an. Elles viennent "particulièrement des femmes de plus de 60 ans", précise l'association. La part des seniors ayant des difficultés pour payer des actes médicaux ou des dépenses d'énergie a augmenté de 5% en un an. 

Aujourd'hui, 49% des seniors ont des revenus qui leur permettent à peine de "boucler" leur budget. 13% vivent même à découvert. Parmi les seniors modestes, 40% "n'ont pas les moyens de se procurer une alimentation saine leur permettant de faire trois repas par jour", regrette le Secours populaire.