Familink, des cadres connectés pour lutter contre l’isolement des personnes âgées

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Une entreprise de Rouen propose des cadres connectés, pour lutter contre l’isolement des personnes âgées
Article rédigé par
France Télévisions

Pour garder le contact avec nos ainés, une start-up de Rouen s'est lancée dans la fabrication de cadres connectés. Les ventes de ces appareils, capables de recevoir des photos et de petits messages, se sont envolées. #IlsOntLaSolution

Vous prenez une photo avec votre famille et la voici qui apparaît sur un cadre connecté, chez un de vos proches, à des milliers de kilomètres ! Cette innovation, on la doit à la société As We Share de Rouen, qui a créé Familink pour lutter contre l’isolement des personnes âgées. 

À 84 ans, Marie vit seule chez elle. Alors, voir les photos de sa descendance qui apparaissent régulièrement dans son propre cadre constitue un bonheur quotidien. "Le matin en me levant, je regarde mes enfants et ma famille sur l’appareil".  

Entre 149 et 199 euros

L’objet, d'une valeur comprise entre 149,90 et 199,90 euros, est un cadeau de sa fille Rosa. Familink fonctionne grâce à une carte SIM intégrée, au prix de 3,90 par mois. Les photos s’envoient donc comme des messages. Mais à la différence des échanges entre smartphones, le propriétaire du cadre n’a aucune manipulation à réaliser pour voir apparaître le cliché à son domicile.  

Pour envoyer des photos ou des messages (France 3 Normandie)

Une aide primordiale en période de crise sanitaire pour maintenir le lien familial. "Elle a aussi toute sa famille d’Italie qui peut participer et mettre des photos", explique la fille de Maria. "Ça lui permet de voir des gens qu’elle n’a pas vus depuis longtemps, voir ce qu’ils deviennent aujourd’hui", ajoute Joris, son petit-fils.  

10 000 cadres vendus en 2020

Le cadre Familink a été lancé sur le marché en 2017. Dix mille unités ont été vendues l'année dernière. Un succès expliqué par le premier confinement. "Tout le printemps 2020, on a eu des commandes qu’on n’avait pas du tout anticipées. On n’avait pas imaginé la crise et on a eu 4 fois plus de commandes que d’habitude", se rappelle Alexis Le Goff, cofondateur de Familink.  

L’innovation s’exporte également à l’étranger. La moitié des ventes de l’entreprise se font au Canada, en Allemagne et aux Etats-Unis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.