"C'est inadmissible" : colère et incompréhension des familles face à la suspicion d'intoxication alimentaire dans un Ehpad de Haute-Garonne

La probable intoxication alimentaire dans un établissement pour personnes âgées près de Toulouse a fait cinq morts. Plusieurs résidents restent sous surveillance. Les proches se sentent mis à l'écart de l'affaire.

L\'Ehpad de \"la chêneraie\" à Lherm, en Haute-Garonne.
L'Ehpad de "la chêneraie" à Lherm, en Haute-Garonne. (NATHALIE SAINT-AFFRE / MAXPPP)

Des résidents de l’Ehpad La Chêneraie à Lherm, petite ville au sud de Toulouse en Haute-Garonne ont vraisemblablement été victimes d’une intoxication alimentaire dimanche 31 mars. Cinq personnes âgées sont décédées et plusieurs restent sous surveillance médicale. Les familles de victimes, elles, sont en manque d'informations et d'explications. 

La question épineuse de la transformation des repas

Alain a été réveillé à 1h30 du matin dans la nuit de dimanche à lundi. C'est la gendarmerie qui lui a appris que sa mère, Antoinette, résidente à l'Ehpad depuis dix ans venait de mourir. "Je suis très en colère, c'est inadmissible. Ils (les soignants) ne la levaient de son lit qu'une fois par jour pour la laver, et on payait 3 000 euros par mois ! C'est une honte."

Atteinte de la maladie d'Alzheimer, sa mère devait manger des plats mixés, ceux justement suspectés d'être responsables de la mort des cinq patients. Des repas transformés sur place selon le groupe Korian, propriétaire de l'établissement, sauf qu'Alain soutient le contraire. "On nous a toujours dit que les repas étaient faits sur place, alors qu'il semblerait qu'ils étaient livrés. Le médecin traitant vient de me le confirmer."

Emmanuel et sa soeur ont eux aussi perdu leur mère, Suzette, âgée de 75 ans. Ils n'ont pas encore pu la voir car elle doit être autopsiée. Impossible aussi de rentrer dans sa chambre, bouclée pour les besoins de l'enquête. Ils ont tout de même été accueillis par du personnel de l'Ehpad. "On a pu rencontrer une responsable du groupe. Ils nous ont raconté les circonstances dans lesquelles ça a pu se produire."

Emmanuel a aussi posé la question de la fabrication des repas : "J'ai pensé que ça venait des plats mixés, mais je n'ai pas eu de réponse. Ce silence, c'est presque intentionnel pour moi."

Une enquête en cours

Le directeur du groupe Korian, géant européen du secteur est venu à Lherm pour apporter son soutien aux familles. "Nous sommes tous sous le choc, a affirmé Charles-Antoine Pinel. Je tiens à leur exprimer en mon nom personnel et en celui de Korian ma profonde compassion."

Mais à l'issue de cette conférence de presse, Charles-Antoine Pinel a refusé de répondre aux questions des journalistes. "Il y a une enquête en cours sous l'autorité du procureur de la République. Je ne peux pas faire d'autres commentaires."

Korian a racheté cet Ehpad en février 2019. Selon une agent de service hospitalier qui y travaille depuis onze ans, le groupe a effectué des travaux récents de rénovation, notamment des cuisines. Mais elle confie aussi que la priorité de la nouvelle direction est la rentabilité.