Cet article date de plus de neuf ans.

Retour de la grippe aviaire : "Il ne faut pas avoir peur" (OIE)

Dimanche, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas ont signalé des cas de grippe aviaire. Des contrôles sanitaires sont prévus dans plusieurs élevages et, à Bruxelles, la Commission européenne prend des mesures d'urgence pour éviter une propagation de la maladie.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Retour de la grippe aviaire : le risque de transmission à l'homme est très faible © Fotolia)

La Grande-Bretagne a annoncé de nouveaux cas de grippe aviaire dans une ferme d'élevage de canards dans le nord du pays, mais a déclaré que le risque pour la santé publique était "très faible". Une zone de restriction a été mise en place autour de la ferme et l'abattage a commencé, pourtant le risque pour la santé publique est très faible et il n'y a pas de risque pour la chaîne alimentaire" a déclaré une porte-parole du ministère de l'Environnement, de l'alimentation et des affaires rurales.

 

Les Pays-Bas ont décrété, dimanche 16 novembre, une interdiction temporaire du transport de volailles après que la souche H5N8 ait été détectée dans un élevage de volailles du centre du pays. Cette forme "hautement pathogène" de la grippe aviaire est très dangereuse pour les animaux et  "la contamination peut se faire depuis un animal vers les humains" , a rappelé le ministère néerlandais des Affaires économiques. 

"Il ne faut pas avoir peur"

" C’est une souche H5N8 qui existe en Asie, mais pour laquelle il n’y a jamais eu de cas détecté de transmission de la volaille à l’humain, "explique Catherine Bertrand-Ferrandis, chef de l'unité de communication de l'OIE, l'organisation Mondiale de la santé animale. "Donc aujourd'hui, il ne faut pas avoir peur. "

"En Angleterre, ce sont des canards et ce sont des cas faiblement pathogéniques, et d’ailleurs les autorités anglaises ont confirmé qu’il y avait très peu de risques de transmissions humaines. "

 

Si on parle moins de la grippe aviaire c’est parce que le "réseau de détection est très bon, la surveillance est efficace, et il y a une réponse rapide en Europe. Cette résurgence peut-être due à des oiseaux migrateurs, mais également à des importations. "

Pour le moment, aux Pays-Bas, "c'est une résurgence dans une seule ferme, la notification est en cours auprès de l'organisation mondiale de la santé animale et nous n'avons pas encore l'origine de la source. "

Grippe aviaire : Il ne faut pas avoir peur, estime Catherine Bertrand-Ferrandis, chef de l'unité de communication de l'OIE

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.