Cet article date de plus d'un an.

Rééducation : chaque département disposera d'au moins deux exosquelettes, annonce Emmanuel Macron

Ces robots, qui enveloppent les jambes, le bassin et le buste, aident des personnes handicapées paraplégiques à reproduire le mouvement de la marche, sans canne ou béquille.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Emmanuel Macron s'entretient avec un jeune soldat au centre de rééducation "Station Debout", à Paris, le 26 janvier 2023. (AFP)

Cette technologie s'adresse à des patients souffrant de lésions cérébrales ou de la moelle épinière. Des exosquelettes vont être déployés dans chaque département à compter de juillet, a annoncé Emmanuel Macron, jeudi 26 janvier. "On a pris la décision d'en avoir au moins deux par département. Les financements [de l'Etat] sont déjà décidés", a déclaré le président, lors d'une visite au centre de marche Station debout, qui dispose d'un exemplaire de cet équipement, à Paris. 

Ces robots, qui enveloppent les jambes, le bassin et le buste, aident des personnes handicapées paraplégiques à reproduire le mouvement de la marche, sans canne ou béquille. "L'exosquelette permet des plasticités du système nerveux. Il reproduit le schéma de marche (..)", explique le professeur Pierre-François Pradat, président de l'Institut pour la recherche sur la moelle épinière et l'encéphale (IRME). "Il y a aussi un aspect prévention essentiel contre l'ostéoporose", fait-il observer, plaidant pour le remboursement de ces prises en charge par la Sécurité sociale.

Déployé au sein du service santé des armées

L'équipement sera fourni dans un premier temps aux centres de soins médicaux et de réadaptation (SMR) départementaux, l'objectif étant d'en étendre également l'usage à terme aux soins de ville. Il va aussi être déployé au sein du service de santé des armées, qui ne dispose pour l'heure que d'un exemplaire dans sa structure de rééducation fonctionnelle des Invalides, a annoncé Emmanuel Macron.

Le chef de l'Etat, accompagné de son épouse, Brigitte Macron, et de quatre ministres, a assisté à une démonstration sur un soldat du 1er régiment de hussards parachutistes de Tarbes, âgé de 22 ans et paraplégique depuis qu'il a sauté sur une mine, au Mali. Wandercraft, la start-up française conceptrice du modèle présenté au président, a un projet d'usine qui doit être financé dans le cadre du plan France 2030.

Emmanuel Macron s'est aussi vu présenter un rameur qui permet, grâce à des électrostimulations, de reconstituer des capacités musculaires, notamment à la suite d'accidents, ainsi qu'un tapis de marche en réalité virtuelle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.