Que faire face au déficit de la Sécurité sociale ?

Alors qu'un rapport de la Cour des comptes pointe le coût des infirmiers libéraux et des kinés, Christophe Ramaux et Etienne Lefebvre, invités du "Duel éco", se penchent sur le fameux "trou de la Sécu".

FRANCE 3

Trop nombreux et trop coûteux : les infirmiers libéraux et les masseurs-kinésithérapeutes sont ciblés par un rapport de la Cour des comptes. Sont-ils l'arbre qui cache la forêt du déficit de la Sécurité sociale ?

Christophe Ramaux, du collectif de chercheurs et universitaires Les économistes atterrés, insiste d'abord sur l'espérance de vie qui a progressé de 30 ans au XXe siècle. "Grâce à la Sécu, on a fait des progrès considérables. Dans ce monde accablant, on a enfin une bonne nouvelle", déclare le premier invité du "Duel éco" de France 3. Pour lui, le déficit est "limité" par rapport aux enjeux.

Augmenter les cotisations sociales ?

Etienne Lefebvre, journaliste des Echos, nuance : "Ces résultats, on les obtient par de la dette." Et cette situation devrait durer pendant plusieurs années. "Ce déficit n'est pas incurable. Le modèle français fonctionne, mais à condition de faire des efforts", ajoute-t-il.

Pour Christophe Ramaux, "le problème, ce sont les recettes". Il préconise d'augmenter les cotisations sociales. Etienne Lefebvre penche plutôt pour "ralentir les dépenses" et pour une répartition plus équitable des professionnels de santé sur le territoire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une photo prise le 5 Janvier 2015 à Marseille (Bouches-du-Rhône), montre une Carte vitale de la sécurité sociale 
Une photo prise le 5 Janvier 2015 à Marseille (Bouches-du-Rhône), montre une Carte vitale de la sécurité sociale  (CITIZENSIDE / GERARD BOTTINO / AFP)