Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo 13h15. Sainte-Anne : "On vit une succession de crises dans l'existence..."

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
13h15 le dimanche. Sainte-Anne : "On vit une succession de crises dans l'existence..."
Article rédigé par
France Télévisions

Les urgences psychiatriques du centre hospitalier Sainte-Anne de Paris reçoivent 365 jours par an des personnes de tous âges, conditions sociales et cultures. Elles y sont accueillies par des équipes soignantes à l'écoute de leur souffrance… Extrait de "13h15 le dimanche" du 24 janvier.

Les urgences psychiatriques du centre hospitalier Sainte-Anne de Paris sont ouvertes vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Elles accueillent les personnes qui poussent la porte d'elles-mêmes ou qui y sont conduites par la police, les pompiers ou leur famille. "Si vous ne vous sentez pas bien, il y aura toujours quelqu'un pour vous", dit le médecin de garde à une jeune fille prise en charge cette nuit-là.

Plus de 250 000 tranches de vies sont archivées dans les sous-sols du service. Les vieux caractères d'imprimerie utilisés avant l'ère numérique pour conserver la mémoire de cette détresse ont fait place aux nouveaux dossiers. Et depuis quarante-cinq ans, l'hôpital public continue de recevoir des personnes de tous âges, milieux sociaux et cultures.

"Je crois que cela nous concerne tous "

"On vit une succession de crises dans l'existence. Personne ne peut dire à quel moment on va se retrouver en situation de fragilité, explique le docteur Pierre Lana. Cela peut arriver à l'adolescence, au début de l'âge adulte ou pendant l'âge adulte pour un certain nombre de raisons, car c'est lié à tout un ensemble d'événements qu'on ne peut pas prédire."

"Il y a aussi toutes les crises et les souffrances liées à l'entrée dans le grand âge. Elles sont aussi des facteurs de décompensation. Je crois que cela nous concerne tous…" précise le médecin psychiatre, qui est le plus ancien dans le service des urgences psy de l'hôpital Sainte-Anne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.