Autrement psy : la séparation est-elle toujours une déchirure ?

La psychologue Jeanne Siaud-Facchin est sur le plateau du Soir 3 pour la rubrique "autrement psy." Elle décrypte comment nous réagissons au moment d’une séparation.

FRANCE 3

La séparation entre le Royaume-Uni et l’Union européenne traîne en longueur. Elle est douloureuse, mais est-ce toujours le cas ? C’est la question à laquelle la psychologue Jeanne Siaud-Facchin répond, depuis le plateau du Soir 3 pour la rubrique "autrement psy." "Une séparation c’est loin d’être anodin, explique-t-elle. Dans une séparation, il y a une forte charge émotionnelle. Déjà il y a la peur. La peur de sortir de sa zone de confort et puis, suivant le contexte et le type de séparation, il peut y avoir de grandes souffrances, des douleurs."

"On perd le contrôle"

Est-ce la même chose lorsqu’on choisit la séparation que lorsqu’on la subit ? "Quand on la subit, c’est encore plus violent parce qu’il y a un sentiment d’abandon, il peut y avoir une déchirure, analyse Jeanne Siaud-Facchin. Quand on subit la séparation, d’une certaine façon on perd le contrôle (…) Quand on choisit, ça correspond à un processus. On décide de se séparer, on en discute et on pense qu’on a de bonnes raisons de le faire."

Le JT
Les autres sujets du JT
Le vote sur la proposition de loi sur la résidence alternée pourrait ne pas intervenir avant le mois de mai 2018.
Le vote sur la proposition de loi sur la résidence alternée pourrait ne pas intervenir avant le mois de mai 2018. (BURGER / PHANIE / AFP)