Cet article date de plus de huit ans.

Une hanche opérée en ambulatoire, une première en France

C'est une première médicale : la clinique Paulmy de Bayonne a procédé à la pose d'une prothèse de hanche en chirurgie ambulatoire. Un dispositif qui permet au patient de rentrer chez lui le jour même de l'opération, plutôt que de rester hospitalisé plusieurs jours.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

L'opération a été réalisée
il y a trois mois, mais sa réussite n'a été révélée que ce mardi. Pour la
première fois, une opération de la hanche a été réalisée en ambulatoire. Les
opérations de chirurgie ambulatoire
sont des interventions qui ne nécessitent
pas une longue hospitalisation, et permettent au patient de regagner son
domicile le jour même de l'opération. C'est le cas, par exemple, pour les
opérations des dents, de la cataracte ou des amygdales.

La pose d'une prothèse de
hanche, cependant, est une intervention plus lourde et plus longue (une heure
et demie environ). Jusqu'à présent, elle nécessitait une hospitalisation du
patient d'une durée de quatre à cinq jours. Mais le docteur Grégory Biette,
orthopédiste à la clinique Paulmy de Bayonne, est parvenu à traiter cette
intervention en ambulatoire.

"Une
récupération plus rapide
"

La technique utilisée, dite
"mini-invasive", permet de "ne couper aucun tendon, aucun
muscle, d'où des pertes sanguines et des douleurs moindres, ce qui permet une
récupération plus rapide
", explique le médecin.

La patiente, âgée de 35
ans, était volontaire pour participer à cette expérience. Elle a pu rentrer chez
elle le soir même, avec une cicatrice réduite pour ce genre d'opération. Elle
affirme se porter bien, trois mois après l'opération. Le directeur de la
clinique se défend d'avoir fixé un objectif de rentabilité à l'opération,
affirmant que cette prothèse en ambulatoire "est extrêmement
déficitaire" pour la clinique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Professions médicales

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.