Vidéo "C'est indigne" : ces deux sages-femmes échangent sur le malaise de leur profession

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Lauréna et Chantal participent à la mobilisation des sages-femmes qui réclament de meilleures conditions de travail. Voilà pourquoi. Chantal Birman est l'héroïne du documentaire "À la vie", en salles le 20 octobre.
BRUT
Article rédigé par

Lauréna et Chantal participent à la mobilisation des sages-femmes qui réclament de meilleures conditions de travail. Voilà pourquoi. Chantal Birman est l'héroïne du documentaire "À la vie", en salles le 20 octobre.

Lauréna De Jardin est sage-femme depuis trois mois. Elle vient de quitter l'hôpital, confiant s'être sentie maltraitée. "Plein de fois, pendant ces trois mois, je me suis dit : mais ce n'est pas ça que je voulais, ce n'est pas ce métier-là que j'imaginais. Et pour moi, on ne fait plus le métier de sage-femme en tant que tel. On n'accompagne plus les femmes, on n'a plus de temps à leur accorder", déplore-t-elle. En entendant ce que raconte Lauréna, Chantal Birman éprouve "une tristesse infinie". "Parce qu'elle est sage-femme, très profondément. Elle aime le métier de sage-femme. Elle est capable de le faire, bien évidemment et on lui fait faire autre chose. Et elle est obligée d'accepter cette autre chose", regrette-t-elle.

"Les sages-femmes ne sont pas les seules à vivre ça. Les infirmières vivent ça, les aides-soignantes vivent ça, etc. Ce qui est fait actuellement au niveau des professionnels de santé, je ne sais même pas comment le dire à la population. Il faut arrêter ça. Il faut arrêter. C'est indigne", fustige Chantal Birman.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.