Reportage Les unités médicales d'urgence, ces équipes sans médecins qui interviennent à domicile pour désengorger l'hôpital

Face à la crise de l'hôpital, des unités mobiles sans médecin sont envoyées par le Samu pour prendre en charge les appels liés à des "petites urgences" non vitales. 

Article rédigé par
édité par Phéline Leloir-Duault - Anne-Laure Dagnet
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'unité médicale d'urgence est envoyée à domicile par le Samu, pour s'occuper des "petites urgences" non vitales. (ANNE-LAURE DAGNET / RADIO FRANCE)

"C'est l'équipe envoyée par le Samu, est-ce que vous pouvez nous ouvrir, s'il vous plaît madame ?" François-Xavier a été envoyé chez Paule, 93 ans : elle a appelé le Samu parce qu'elle a très mal à la main. "C'est très enflé", décrit-elle alors qu'il examine sa main. "À part l'arthrose, est ce que vous avez des problèmes de santé ?", interroge François-Xavier. "Oui, j'ai eu une neuropathie périphérique", lui répond la nonagénaire. Le dialogue s'engage, comme une consultation médicale classique. 

François Xavier, bénévole du Samu, et Ilona, infirmière, ont été appelés chez Paule, pour une douleur à la main. (ANNE-LAURE DAGNET / RADIO FRANCE)

Mais la particularité de cette unité, c'est qu'il n'y a pas de médecin à bord : François-Xavier est bénévole pour le Samu, et travaille comme chef de cabine dans les avions. À ses côtés, Ilona, une jeune infirmière, prend la tension et la température de la patiente. Depuis 2020, ces unités se développent partout en France. Il en existe déjà douze, entre autres en Île-de-France, en Normandie ou en Aquitaine. D'autres sont en cours de création, encouragées par le rapport Braun, pour désengorger les services d'urgence.

9 000 patients depuis janvier

Ilona, l'infirmière du binôme, transporte à ses côtés une grosse mallette bourrée d'instruments. Il y a même de quoi faire une échographie et surtout un ordinateur, une imprimante et un téléphone pour organiser une téléconsultation avec un médecin, via SauvLife. L'entreprise a été créée par un urgentiste et possède sa propre liste de médecins. Et quand ils ne sont pas libres, SauvLife est prioritaire chez SOS Médecins. Au bout de dix minutes, l'appel aboutit : "On va mettre cette dame sous cortisone pendant trois ou quatre jours, et un peu de Lamalin pour les douleurs, prescrit à distance le praticien. Quatre par jour, vu l'âge, et puis elle fera une radio pour être sûre qu'il n'y a pas de fracture. Je vous envoie l'ordonnance."

L'unité médicale d'urgence peut organiser une téléconsultation avec un médecin si nécessaire. (ANNE-LAURE DAGNET / RADIO FRANCE)

L'équipe imprime les ordonnances, et au moment de partir, François-Xavier reçoit un autre coup de fil du Samu. Trois nouveaux patients l'attendent : un abcès à l'abdomen, des vertiges et des éruptions de boutons. Depuis le mois de janvier, toutes ces unités mobiles d'urgences ont vu plus de 9 000 patients.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Professions médicales

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.