Cet article date de plus de quatre ans.

L'augmentation du numerus clausus confirmée, 26 facultés concernées

Dans un communiqué publié mercredi, la ministre de la Santé, Marisol Touraine a confirmé l'augmentation du numerus clausus. Cette mesure annoncée en novembre dernier concernera 26 facultés.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des étudiants planchent sur le concours d'entrée à la faculté de médecine de Nantes, le 13 décembre 2016. (FRANCK DUBRAY / MAXPPP)

La ministre de la Santé Marisol Touraine, et Thierry Mandon, secrétaire d'État chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, confirment mercredi 11 janvier dans un communiqué l’augmentation du numerus clausus de 478 places pour les étudiants en médecine.

La mesure avait été annoncée par la ministre à l'Assemblée nationale le 24 novembre 2016. Cela représente une hausse de 6 % du nombre total d’étudiants admis à l’issue du concours de fin de première année. 8 124 places seront ainsi ouvertes en 2017.

La ministre et le secrétaire d'Etat précisent que "pour les régions déficitaires, cela correspond à une augmentation du numerus clausus de 11 %. Un arrêté publié mercredi fixe la liste des établissements et formations concernés", écrivent-ils également dans le communiqué.

Encourager les médecins à s'installer dans les zones en tension

Cette nouvelle augmentation concerne 26 facultés de médecine, dans des régions déficitaires : les universités de Lyon, Saint-Etienne, Besançon, Rennes, Corte, Strasbourg, Lille, Amiens, Paris (VI, VII, XI, XII, XIII, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Bordeaux, Poitiers, Montpellier, Toulouse, Marseille, Nice, Angers, Nantes, de la Nouvelle-Calédonie, mais également de Saint-Denis de la Réunion. Les Antilles et la Guyane, zones à la démographie médicale particulièrement faible, verront ainsi leur nombre de places progresser de 27 % au total entre 2015 et 2017.

"L’inégale répartition des médecins en zones rurales comme péri-urbaines est un véritable enjeu de santé publique, a expliqué Marisol Touraine. Aujourd’hui, avec la régionalisation du numerus clausus, nous renforçons l’adéquation de l’offre de formation des futurs médecins avec les besoins tels qu’évalués par les acteurs de chaque territoire", a déclaré Marisol Touraine. Cette mesure vise à encourager les jeunes médecins pour qu'ils choisissent de s’installer dans des "territoires en tension."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Professions médicales

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.