Loiret : 1 900 habitants à Châtillon-Coligny et pas un médecin

Les zones rurales perdent petit à petit leurs médecins. Dans certains bourgs, il faut faire de nombreux kilomètres pour aller se soigner.

Châtillon-Coligny (Loiret) est un parfait exemple de désert médical. Avec ses 1 900 habitants, il n'y a plus de médecins dans la commune. Le premier cabinet est à 20 kilomètres environ. Désespérant pour les gens. "Il n'y a plus rien, plus de médecins, plus de dentistes, il n'y a plus rien", regrette une personne âgée. "Je voudrais aller voir un docteur parce que j'ai mal aux jambes", déplore une femme qui se fait coiffer. "On le vit mal parce que, même le peu de médecins qu'il y a dans les alentours, ne veulent plus prendre de patients parce qu'ils en ont trop, donc ça devient ridicule", fustige aussi un jeune homme.

Cabinet de télémédecine

Depuis quelques mois, le bourg a tenté d'attirer des médecins, mais rien n'y fait. Même quand elle propose un logement à disposition. Chaque jour, la maire est interpellée. "Je suis passée pour souhaiter la bonne année à deux frères chez eux et un monsieur m'a regardée en me disant : 'Comment je fais, mon frère ne peut pas se déplacer' (...) Comment on fait, qu'est-ce qu'on fait de ce monsieur-là, il ne peut pas se déplacer", se désole l'édile sans étiquette Véronique Flauder-Claus. La seule solution ? Un cabinet de télémédecine. En un an, il y a déjà eu 1 000 consultations. Isabelle Palson, infirmière, réalise les opérations à l'aide d'un médecin : "Tout est connecté, et du coup, je suis 'les mains du médecin' (…) il y a certaines limites, notamment quand il faut faire des examens approfondis". Les gens se sentent abandonnés. Pour toute la région Centre-Val-de-Loire, il n'y a que 66 médecins pour 100 000 habitants. La France a perdu 6 500 médecins en huit ans.

Déserts médicaux.
Déserts médicaux. (FRANCEINFO)