Les pompiers de l'Ain s'entraînent pour intervenir rapidement sur les accidents de canyoning

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
CI_EXERCICE_CANYONING
Article rédigé par
Corentin Mirallés - franceinfo
France Télévisions

Face aux accidents de canyoning, les pompiers de l'unité de Secours en milieux périlleux et montagne (SMPM) doivent intervenir rapidement pour être efficaces. Pour cela, ils s'entraînent en situation réelle. #IlsOntLaSolution

Pour pouvoir intervenir rapidement et efficacement en cas d’accident de canyoning, les pompiers de l’unité de Secours en milieux périlleux et montagne (SMPM), s'entraînent régulièrement. Car ce sport aquatique n’est pas sans risque, surtout lorsqu’on le pratique en eaux vives. Dans l’Ain, un homme expérimenté d’une cinquantaine d’années est décédé il y a quelques semaines alors qu’il naviguait dans les cascades de Cerveyrieu, dans le Bugey. Entraîné au fond d’une vasque par une cascade, l’homme est resté coincé sous l’eau. Lorsque les secours sont arrivés sur place, il était en arrêt cardio-respiratoire mais il n’a pu être ranimé.

Des accidents qui n'arrivent pas qu'aux novices

Ce type d’accident n’arrive pas qu’aux novices rappelle Olivier Rambert, responsable de l’unité SMPM de l’Ain : “La personne va être projetée au fond de la vasque par la cascade et maintenu plaquée au fond de cette vasque par le poids de l’eau qui lui tombe dessus et la malheureuse victime va décéder noyée. C’est la preuve qu’en canyoning, il faut absolument rester prudent. Surtout lorsque ce sont les premières sorties de la saison, parce qu’il peut y avoir une perte des habitudes. Et cette perte de la pratique a certainement été décuplée cette année et l’an dernier par les différentes périodes de confinement.”

Et moins on pratique son sport, plus on perd les réflexes que l’on avait par le passé.

Des bons réflexes et un bon équipement

En plus des bons gestes à conserver lorsque l’on pratique le canyoning, l’équipement n’est pas non plus à négliger : combinaison, chaussures et casques ne doivent pas être oubliés. “Il y a heureusement des accidents sans gravité mais qui sont parfois vraiment liés à une forme d’amateurisme et qui mobilisent des moyens très importants de pompiers pour aller récupérer des personnes qui sont complètement perdues ou qui ont un équipement totalement inadapté à ce sport”, développe Lucie Roesh, directrice de cabinet de la préfète de l’Ain.

D’où la nécessité pour les pompiers d’être toujours formés aux dernières techniques de secourisme : “Il faut une concentration du début à la fin”, explique Nicolas Thomas, pompier à l’unité SMPM, qui s’attèle à remonter un faux blessé coincé dans un trou d’eau. “On a déjà eu ce cas de figure plusieurs fois cette année dans le département de l’Ain. Et c’est pour ça qu’il faut être aguerri sur les techniques que l’on peut mettre en œuvre." Des entraînements qui ne remplaceront toutefois pas les guides de canyoning et la vigilance de la part des sportifs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Prévention

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.