VIDEO. Troubles de l'attention, du sommeil, du langage... Quels sont les effets de l'exposition aux écrans sur le cerveau des enfants

Faut-il laisser les enfants devant les écrans des téléphones et des tablettes ? Certaines études mettent en garde sur le pouvoir de nuisance tandis que d'autres affirment qu'il faudra du temps avant de pouvoir apporter de réelles conclusions. Qui croire ?

Voir la vidéo
FRANCE 2

Une tablette ou un téléphone, comme papa et maman, c'est tentant pour les plus petits. La consigne qui conseille d'éviter les écrans avant 3 ans n'est pas toujours facile à respecter. Yaëlle a 2 ans et des parents informaticiens qui préfèrent encadrer qu'interdire. "Elle nous vole notre téléphone [pour aller sur] YouTube", confie la mère. "Pour regarder des dessins animés", confirme la petite fille. "Il a les yeux rivés sur l'écran (...), il n'est plus attentif à ce qu'il se passe autour", explique de son côté le père d'un petit garçon.

Des études sur le long terme

Selon les derniers résultats de l'étude française Elfe, à 2 ans, 21% des enfants jouent avec un téléphone au moins une fois par semaine et 10% quotidiennement ou presque. Avec un ordinateur ou une tablette, c'est 28% au moins une fois par semaine et 12% presque tous les jours. Troubles de l'attension, du sommeil, du langage, addictions... Autant d'effets possibles d'une exposition prolongée. Les scientifiques ont encore du mal à trouver des réponses précises. Pour répondre, des chercheurs américains ont lancé un suivi sur le long terme et les premiers résultats des IRM cérébraux sont étonnants, mais il faudra plusieurs années pour avoir des résultats définitifs. Le principe de précaution s'impose.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les enfants qui se confrontent plus de deux heures par jour aux écrans ont de moins bonnes capacités cognitives que les autres, selon une étude publiée le 27 septembre 2018 dans \"The Lancet\".
Les enfants qui se confrontent plus de deux heures par jour aux écrans ont de moins bonnes capacités cognitives que les autres, selon une étude publiée le 27 septembre 2018 dans "The Lancet". (CAIA IMAGE / SCIENCE PHOTO LIBRARY / NEW / AFP)