Pommade Homéoplasmine : quatre utilisations qui font débat

L’Homéoplasmine est une pommade largement utilisée dans le monde pour les irritations, les petites brûlures, la peau sèche… Pourtant, certains de ces emplois font débat.

L\'Homéoplasmine, crème dermatologique des laboratoires Boiron, est parfois mal utilisée par certaines personnes, au risque de provoquer certains effets nocifs.
L'Homéoplasmine, crème dermatologique des laboratoires Boiron, est parfois mal utilisée par certaines personnes, au risque de provoquer certains effets nocifs. (B. BOISSONNET / BSIP / CORBIS RF STILLS / GETTY IMAGES)

Une pommade qui irrite certains spécialistes de la santé. L’Homéoplasmine, souvent présentée comme un produit à tout faire, ne serait pas sans danger, surtout quand on ne l'utilise pas comme il faut. C'est en tout cas l'analyse de Céline Couteau, maître de conférences en pharmacie industrielle et cosmétologie et de Laurence Coiffard, professeure en galénique et cosmétologie, dans un article publié sur le site The Conversation, repris par Slate et Atlantico. Franceinfo revient sur les quatre utilisations de l'Homéoplasmine critiquées par ces deux spécialistes de l'université de Nantes (Loire-Atlantique).

L’appliquer sur des lèvres gercées

C'est l'une des pratiques les plus répandues. Quand quelqu'un se retrouve avec les lèvres gercées, il peut entendre : "Mets un peu d'Homéoplasmine, ça soulage et ça répare." Une pratique largement critiquée par Céline Couteau et Laurence Coiffard. Elles estiment que la pommade risque ainsi d’être ingérée, et par la même occasion l’acide borique présent dans sa composition à hauteur de 4%, un taux supérieur à la limite en vigueur dans les produits d'hygiène bucco-dentaire.

Selon un document (PDF) du Parlement européen relatif aux produits cosmétiques, l'acide borique ou ses dérivés utilisés dans des produits destinés à l'hygiène buccale, doivent avoir une concentration maximale de 0,1% et ne doivent pas être avalés. Une fois passé dans le sang, l'acide borique peut avoir comme effets l'apparition de fièvre, une augmentation du rythme cardiaque ou encore une acidification du sang.

Mais le Dr Isabelle Dousset-Faure, dermatologue à Paris, jointe par franceinfo, minimise le risque lié à l'application sur les lèvres. "Ce n’est pas dangereux, ce n’est pas son utilisation première mais cela reste anodin". "C'est une pommade utilisée pour tout et n'importe quoi aujourd'hui", explique John Tabet, pharmacien à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), à franceinfo. "La notice précise qu'il ne faut pas l'appliquer sur des muqueuses, les lèvres sont des muqueuses, précise-t-il. Ce n'est toutefois pas dangereux à petites doses."

L'utiliser sur une peau irritée

L'Homéoplasmine est aussi souvent présentée comme un produit miracle pour guérir des petits bobos du quotidien. "Des mains agressées par des heures de bricolage, une coupure matinale due au rasoir, une brûlure superficielle ? Une noisette de pommade, et c’est terminé ! assure ainsi Femme actuelle. Elle est aussi idéale pour soulager les petites irritations des contours du nez, réparer des lèvres gercées ou encore apaiser un coup de soleil." 

Des conseils qui font bondir Céline Couteau et Laurence Coiffard. "La pommade Homéoplasmine contient les ingrédients suivants : des substances actives (teinture de souci des jardins 0,1%, teinture de phytolaque 0,3%, teinture de bryone 0,1%, teinture de benjoin du Laos 0,1%, acide borique 4,0%), toutes incorporées dans de la vaseline", précise-t-elle. Elles rappellent que la teinture de benjoin est allergisante et que l’acide borique est un antiseptique "dont le profil toxicologique n’est pas si sympathique que cela. Pour s’en persuader, il suffit de consulter la mise en garde de l’ANSM, mise en ligne en juillet 2013." 

Si le Dr Dousset-Faure se montre moins alarmant, elle rappelle qu'en cas de plaies, l’application de cette pommade "n’est pas le premier réflexe à avoir, il faut mettre de l’antiseptique." Mais si toutefois on en applique quand même, "la plaie risque de na pas trop aimer" s'amuse John Tabet. "C'est dangereux car, comme pour les muqueuses, l'acide borique s'infiltre plus facilement dans le sang" indique-t-il. 

L'appliquer comme produit de beauté

L'Homéoplasmine comme produit de beauté ? C'est l'un des conseils délivrés par certains magazines féminins."Initialement prévu pour calmer les irritations cutanées et nasales, ce petit tube rose et blanc est de toutes les trousses des maquilleurs professionnels. Ils utilisent l’Homéoplasmine en baume à lèvres, en enlumineur sur le haut des pommettes ou encore sur un fard à paupières mat pour apporter de la brillance au regard", peut-on par exemple lire sur Elle.fr.

Là encore, cette utilisation n'est pas du goût des deux spécialistes. Elles rappellent que la notice d'utilisation du produit ne mentionne en aucun cas ces indications. Cette pommade est préconisée "en traitement d’appoint des irritations de la peau" et doit être utilisée à raison de "1 à 3 applications par jour, en couche mince". Bien loin donc de la couche épaisse à étaler avant d’aller se coucher, parfois recommandée.

"Ce n’est pas une utilisation conseillée, mais au pire cela favorisera de l’acné" affirme Isabelle Dousset-Faure. Le problème d'une utilisation comme produit de beauté, c'est la fréquence de l'utilisation, comme l'explique John Tabet : "Cette crème est dangereuse si elle est utilisée en trop grande quantité". Or, chez ceux qui en font un produit de beauté, l'utilisation peut s'avérer quotidienne et donc trop importante.

S'en servir pour un bébé de moins de 30 mois

Bébé a une irritation ? "Mets-lui de l'Homéoplasmine" risque-t-on encore de vous dire. Mais attention, cette pommade ne convient pas à tous les âges. Elle ne doit pas être utilisée avant 30 mois. Là aussi, c'est une contre-indication mentionnée et particulièrement mise en avant sur la notice. Un enfant en bas âge a une peau beaucoup moins protectrice que les adultes, il est du coup beaucoup plus exposé aux effets nocifs de l'acide borique. 

"Il ne faut pas l’utiliser dans ces cas-là, il faut bien lire la notice" prévient la dermatologue. "Cela dépend de la quantité utilisée. Si c'est en grande quantité, il faut appeler le centre de toxicologie et, dans tous les cas, surveiller l'enfant", conseille le pharmacien John Tabet.  

Contactés par franceinfo, les laboratoires Boiron, qui fabriquent l'Homéoplasmine, confirment qu'il faut impérativement se fier à la notice avant d'utiliser la pommade.