Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo "Avenue de l'Europe". Le système de santé français vu par le Pr Peyromaure, de l'hôpital Cochin

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 15 min.
L'invité : Michaël Peyromaure, professeur d’urologie à l’hôpital Cochin à Paris

Le système de soins français va-t-il si mal ? L'Union européenne doit-elle encadrer la santé publique ? Le professeur Michaël Peyromaure, professeur d’urologie à l’hôpital Cochin à Paris, était l’invité du magazine "Avenue de l'Europe" le 12 avril 2017.

Blocage du numerus clausus, problème des déserts médicaux, pénurie de lits d'hôpital, prescriptions médicamenteuses injustifiées, net recul au classement mondial de la santé… le système de soins français va-t-il si mal ? Le Pr Michaël Peyromaure, chef du service d’urologie à l’hôpital Cochin à Paris, était l’invité du magazine "Avenue de l'Europe" le 12 avril 2017.

L'hypnose à l'hôpital, futur indicateur de qualité

Peut-on se soigner autrement que par les médicaments et la chirurgie ? Les partisans de l'hypnose thérapeutique, à laquelle le magazine consacrait ce reportage seront heureux d'entendre tout le bien que pense le professeur de cette technique. L'hôpital Cochin l'utilise depuis peu, "quelques mois, avec des résultats extrêmement intéressants". Son emploi devrait même bientôt faire partie des indicateurs de qualité à l'hôpital.

Que peut Bruxelles pour notre santé ?

Le Pr Michaël Peyromaure réagit aussi à une interview de la journaliste Stéphane Horel, dont l'enquête Intoxication (éd. La Découverte) dénonce le poids des lobbies pharmaceutiques. Elle conclut que la santé publique n'est décidément pas la priorité de Bruxelles. L'invité du magazine pense, lui, qu'il faut se contenter d'un cadre "sécuritaire" de l'UE pour les aliments et médicaments.

Une interview diffusée dans "Avenue de l'Europe" le 12 avril 2017, à retrouver en intégralité en vidéo. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique de santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.