Cet article date de plus de deux ans.

Un amendement pour inciter les services d'urgence à renvoyer les patients vers les médecins généralistes fait polémique

Payer les hôpitaux pour aiguiller les patients arrivant aux urgences vers un cabinet généraliste, c'est le projet du député LREM, Olivier Véran. La proposition fait grincer des dents.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les urgences du CHR de Lille (illustration) (FLORENT MOREAU / MAXPPP)

Le député La République en marche (LREM) de l'Isère Olivier Véran a une idée : donner une prime aux hôpitaux qui acceptent de réorienter certains patients qui arrivent aux urgences vers un cabinet de médecine générale. Autrement dit, les services d'urgence seraient payés pour ne pas soigner. Cette proposition est au cœur d'un amendement du projet de loi de financement de la Sécurité sociale qui arrive mardi 16 octobre en commission. L'idée fait polémique.

Éviter six millions de passages aux urgences

Un patient qui se rend aux urgences serait examiné par les médecins sur place. Si ceux-ci jugent qu'il n'a pas besoin d'être là, ils le réorienteraient alors vers un cabinet en ville et l'hôpital recevrait pour cela une prime : "On estime que l'on peut réorienter six millions de malades chaque année en évitant aux patients de passer par le couloir des urgences"soit le quart du nombre de passages aux urgences, pour le député Olivier Véran. "On peut donc considérer que l'on paye l'hôpital pour qu'il ne soigne pas lui-même le malade, mais pour qu'il coordonne son parcours de soins. Une rémunération qui pourrait aller de 20 à 60 euros par patient, sachant que ce dernier aura toujours le droit de refuser."

Des médecins généralistes déjà débordés ?

Mais quelles maladies sont concernées ? Vers quels médecins les patients seront-ils réorientés ? "Je n'accepte pas que des politiques, voire un certain nombre de mes collègues médecins culpabilisent les patients", estime le médecin urgentiste Christophe Prudhomme, de la CGT, pour qui cette prime est irréaliste. "Quand vous avez un médecin traitant qui vous dit qu'il est débordé et qu'il ne peut vous voir que dans 48 heures, ce n'est pas possible : l'urgence, c'est dans la journée."

Cet amendement sur les petites urgences est soutenu par la ministre de la Santé, mais il n'est pas certain que les médecins l'appliquent à la lettre dans les hôpitaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.