Santé : le délai d’IVG réexaminé à l’Assemblée nationale

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Santé : le délai d’IVG réexaminé à l’Assemblée nationale
France 3
Article rédigé par
M. Larguet, S. Thiebaut, O. Pergament, T. Curtet - France 3
France Télévisions

Quarante ans après la loi Veil, faut-il allonger le délai légal pour avoir recours à l’interruption volontaire de grossesse ? C’est l’un des débats actuels à l’Assemblée nationale.

Au sein de l’Assemblée nationale, les députés examinent un possible allongement de l’interruption volontaire de grossesse. Pour Sophie Godu, gynécologue et militante de la première heure, c’est une bonne nouvelle. Cela fait plus de quarante ans qu’elle pratique des interruptions volontaires de grossesse (IVG). Pour elle, allonger le délai d’accès à l’IVG de deux semaines pour le faire passer de 12 à 14 semaines serait une bonne décision, notamment pour toutes les femmes isolées qui découvrent leur grossesse tardivement.

Une majorité en faveur de l’allongement

"L’article 1, celui qui prévoit l’allongement du délai pour un avortement de 12 à 14 semaines vient d’être adopté", indique le journaliste Thierry Curtet, en direct de l’Assemblée nationale, jeudi 8 octobre. "La majorité était assez nette, avec 102 voix pour et 65 voix contre", détaille-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.