Réforme : les opticiens voient rouge

C'est une promesse d'Emmanuel Macron : zéro reste à charge pour les lunettes de vue. Mais de quelles lunettes parle-t-on ? La question inquiète les opticiens, qui craignent de devoir financer une partie de la promesse.  

FRANCE 2

Des lunettes de qualité, entièrement remboursées par la sécurité sociale et les mutuelles; une promesse d'Emmanuel Macron qui depuis quelques semaines sème le trouble chez les opticiens. Car le gouvernement souhaite que ces futures lunettes, dont les prix seront plafonnés, soient équipées de verres anti-reflets ou progressifs. Une exigence qui pour cet opticien sera difficile à satisfaire : "les tarifs proposés par le gouvernement ne permettent pas de proposer un équipement de qualité", analyse Didier Cohen. Selon lui, les lunettes risquent donc d'être plus souvent fabriquées le plus souvent à l'étranger.

Les Français consacrent 50% de plus que la moyenne des pays européens à l'achat de lunettes 

Autre problème : pour financer la mesure, le gouvernement prévoit de durcir les conditions de remboursement, une paire tous les deux ans, même pour les patients pour qui la vue baisse. Moins d'accès aux soins selon les professionnels de la filière, qui estiment leur manque à gagner à 1 milliard par an. Ce n'est pas l'avis de cette association de consommateurs : en France selon elle, une paire de lunettes vendue en moyenne 470 euros ne coûte à l'opticien que 138 euros. Sa marge est donc confortable : 233%. "Les lunettes en France, c'est les plus chères d'Europe", explique Mathieu Escot, de l'UFC-Que choisir ; "les Français y consacrent 50% de plus que la moyenne des pays européens à l'achat de leurs lunettes, donc il y a un vrai enjeu à faire baisser les prix, et à rendre accessibles à tout le monde un équipement de santé". Professionnels et ministre de la Santé ont jusqu'au mois de juin pour se mettre d'accord. La mesure doit entrer en vigueur avant 2022. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des montures de lunettes chez un opticien, à Bethune (Pas-de-Calais)
Des montures de lunettes chez un opticien, à Bethune (Pas-de-Calais) (DENIS CHARLET / AFP)