Les syndicats de médecins hospitaliers se joignent à l'appel à la grève du 30 juin

Ils rejoignent les soignants pour exprimer leurs revendications salariales. "On n'a toujours pas de propositions concrètes, ni de chiffrage", regrette l'intersyndicale des internes (Isni), l'un des syndicats qui ont lancé cet appel.

Dans une unité de l\'hôpital Jacques-Cartier de Massy (Essonne), le 26 avril 2020.
Dans une unité de l'hôpital Jacques-Cartier de Massy (Essonne), le 26 avril 2020. (PASCAL BACHELET / BSIP / AFP)

Les syndicats de médecins hospitaliers ont appelé à se joindre à la grève des soignants prévue mardi 30 juin, faute d'avancées du Ségur de la santé sur leurs revendications salariales. "Le préavis a été déposé par l'ensemble des organisations de personnels médicaux et non médicaux", a précisé le président d'Action praticiens hôpital (APH), Jacques Trevidic, jeudi 25 janvier.

Parmi les organisations qui appellent à se mobiliser figurent l'APH, l'Intersyndicat national des praticiens hospitaliers (INPH), l'intersyndicale des internes (Isni) et le syndicat Jeunes médecins. La plupart des syndicats de la fonction publique hospitalière (CGT, FO, Unsa, SUD) ont eux aussi appelé à la mobilisation, soutenus par plusieurs collectifs de soignants, dont Inter-Urgences et Inter-Hôpitaux.

Les médecins hospitaliers réclament une enveloppe de "sept milliard d'euros"

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a proposé mercredi une somme de six milliards d'euros pour augmenter les salaires des personnels non médicaux, à partager pour partie avec le secteur privé – soit au total près de deux millions de salariés. Mais aucune enveloppe n'a été mise sur la table pour les quelque 100 000 médecins hospitaliers, qui font l'objet d'une négociation à part. Une situation qui agace les syndicats, qui évaluent les besoins à "près de sept milliards d'euros".

"Nous demandons une enveloppe équivalente à celle qui sera octroyée aux personnels non médicaux", a déclaré le vice-président de l'APH Jean-François Cibien, jugeant par ailleurs "insuffisante" la somme promise au personnel non médical. La présidente de l'INPH, Rachel Blocher, insiste sur "16 propositions transmises au gouvernement", qui comprennent une hausse de 300 euros net mensuel pour les internes et une revalorisation des grilles salariales portées à 5 000 euros net en début de carrière (contre 3 754 actuellement), et 10 000 euros en fin de carrière (contre 6 384 euros).

"Il faut qu'on avance (...) Ça fait un moment qu'on est en discussion et on n'a toujours pas de propositions concrètes, ni de chiffrage", a insisté lors de la conférence le président de l'Isni, Justin Breysse. Selon les syndicats, une réunion consacrée à la rémunération des médecins hospitaliers est prévue lundi à 16H00, en présence d'Olivier Véran. Rachel Bocher espère "avoir un document et un chiffre avant cette réunion".