La téléconsultation démarre timidement, un an après son remboursement par la Sécu

"Plus de 60 000" téléconsultations ont été prises en charge en un an, selon les estimations dévoilées jeudi par l'Assurance-maladie. 

Un médecin durant une téléconsultation avec une patiente. 
Un médecin durant une téléconsultation avec une patiente.  (COLLANGES / BSIP / AFP)

Un an après l'entrée en vigueur de son remboursement par l'Assurance-maladie, la téléconsultation démarre timidement, médecins et patients s'appropriant progressivement les nouveaux outils à leur disposition pour lutter contre les déserts médicaux et les délais d'attente trop longs.

Depuis le 15 septembre 2018, les consultations médicales réalisées à distance via un ordinateur, un smartphone ou une tablette équipée d'une caméra, sont remboursées aux tarifs de la Sécurité sociale si elles respectent certains critères (passer par le médecin traitant, être connu du médecin téléconsultant).

Des chiffres loin des prévisions du gouvernement

"Plus de 60 000" téléconsultations ont ainsi été prises en charge en un an, selon les estimations dévoilées jeudi 12 septembre par l'Assurance-maladie. C'est très loin des 350 millions de consultations physiques réalisées chaque année chez les médecins libéraux, et des prévisions du gouvernement qui, dans son budget 2018, tablait sur 500 000 actes en 2019, un million en 2020, puis 1,3 million en 2021.

Mais pour le directeur général de l'Assurance-maladie, Nicolas Revel, "ce qui compte, c'est le rythme auquel les choses progressent", a-t-il expliqué à l'AFP. "Au bout des six premiers mois, on était à peine à 8 000 téléconsultations", a-t-il rappelé, vantant une "très nette accélération" au deuxième semestre. "La télémédecine est en train de se développer, les médecins se l'approprient progressivement et les patients aussi", a assuré Nicolas Revel.

Seuls quelque 1 600 médecins libéraux ou structures de santé ont facturé des téléconsultations, généralistes en tête, et près de la moitié ont été réalisées en Ile-de-France.