GPA : le combat du couple Mennesson pour faire reconnaître leurs jumelles

La Cour de cassation doit se prononcer vendredi 5 octobre sur l'affaire de Dominique et Sylvie Mennesson, qui se battent depuis dix-huit ans pour la reconnaissance du lien de filiation avec leurs jumelles. Les jeunes filles sont nées en Californie (États-Unis) par gestation pour autrui (GPA).

Voir la vidéo
FRANCE 3

Ils mènent ce combat depuis dix-huit ans. Pour avoir leurs jumelles, Dominique et Sylvie Mennesson ont eu recours à une mère porteuse américaine. Pourtant, Fiorella et Valentina n'existent toujours pas pour l'état civil français."Je sais très bien qui sont mes parents. J'ai l'impression qu'à chaque fois que je le répète, personne n'entend rien. Ça ne change rien et ça commence à m'énerver. Je vais avoir 18 ans et des choses aussi évidentes pour moi devraient l'être encore plus pour les gens qui font la justice", déplore Fiorella Mennesson.

La filiation maternelle contestée

Pour cause, Fiorella et Valentina n'ignorent rien de leur histoire. La maladie de Sylvie Mennesson pousse le couple à faire appel à une Américaine pour porter leurs jumelles, conçues à partir du sperme paternel et d'un don d'ovocytes. Vendredi 5 octobre, la Cour de cassation s'est dite prête à ne reconnaître que le père, se basant sur la législation européenne pour le lien maternel. "Nous allons continuer à nous battre, comme nous le faisons depuis le début, pour obtenir devant la Cour européenne des droits de l'Homme que la filiation maternelle soit fixe", a déclaré l'avocat de la famille Me Patrice Spinosi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Photo d\'illustration d\'une femme enceinte.
Photo d'illustration d'une femme enceinte. (IAN HOOTON/SCIENCE PHOTO LIBRARY / IHO)