Sécu : qui sont les plus gros fraudeurs ?

D'après les chiffres de 2014, ce sont les professionnels de santé qui fraudent le plus, suivi des établissements de santé. Selon le journal Les Echos, le montant total des fraudes s'est élevé à 196,2 millions d'euros, soit une hausse qui correspond à 17% en un an. Ces données concernent uniquement la Caisse nationale d'Assurance maladie des travailleurs salariés.

Un record historique

En 2014, le montant des fraudes et activités fautives détectées "s’est élevé précisément à 196,2 millions, contre 167,1 millions en 2013", précisent Les Echos qui évoquent un "nouveau record historique". Un montant qui reste modeste en comparaison des 178 milliards d'euros de dépenses de santé en 2014, d'autant que les pénalités financières prononcées "n’ont pas dépassé 12,3 millions d’euros". 

 

Interrogée par l'AFP, l'Assurance-maladie n'a pas démenti ces chiffres.

Les professionnels de santé arrivent en tête des fraudeurs !

Les professionnels de santé ont détourné 73,1 millions d'euros à la sécurité sociale soit 37% de l'ensemble du montant des fraudes. Un médecin peut par exemple tricher en établissant des fausses feuilles de soins à la place du patient et en facturant des actes fictifs.

En deuxième position : les établissement de santé qui sont à l'origine de 27% des fraudes avec 52,6 millions d'euros. La réforme de la tarification à l'activité a remplacé la dotation globale de l'Etat vers les établissements de santé. Désormais, les ressources des établissements de santé sont calculées à partir d'une mesure de l'activité produite conduisant à une estimation des recettes. L'effet pervers de cette réforme est de gonfler artificiellement l'activité de son établissement pour obtenir plus de ressources.

Les assurés n'échappent pas non plus à la tentation de la fraude : ils sont responsables de 20% des fraudes avec 38,8 millions d'euros en bénéficiant injustement de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) ou bien en cumulant un travail avec un congé maladie.

Enfin, les transporteurs sanitaires détournent 21,9 millions d'euros. L'arnaque classique selon Les Echos, étant de trafiquer son compteur en indiquant que le patient souffre d'une affection de longue durée, pour que le remboursement soit alors pris en charge à 100%.