Le Parlement européen veut interdire les tests cosmétiques sur les animaux à l'échelle mondiale

Alors que 80% des pays testent encore les produits cosmétiques sur les animaux, le Parlement européen a entrepris les démarches pour pouvoir étendre une de ses lois sur l'éthique animale à une échelle mondiale.  

Voir la vidéo

En 2004, le nombre d'animaux tués au sein de l'Union européenne dans le cadre de tests de produits cosmétiques était estimé à 38 000. Ce type d'expérimentation a toujours été extrêmement controversé, raison pour laquelle une loi a été votée cette année-là pour les interdire totalement à partir de 2013. Mais la loi n'est pas sans faille : elle ne peut garantir que les produits vendus en Europe n'aient pas été testés sur des animaux en dehors de l'UE, et donc en toute légalité. Or 80% des pays du monde testent encore les produits cosmétiques sur les animaux.

Une volonté éthique croissante

Pour cette raison, le Parlement européen a entamé des démarches pour pouvoir étendre cette interdiction à l'échelle internationale. Pour cela, il faudra faire appel aux voies diplomatiques pour former un groupe aux Nations Unies qui pourra défendre cette idée.

Le Parlement vient tout juste de voter cette décision. Le but : une interdiction mondiale des tests cosmétiques sur les animaux d'ici 2023. Selon le Parlement, 90% des citoyens européens veulent qu'une éthique animale stricte soit appliquée partout dans le monde.

Le Parlement européen veut interdire les tests cosmétiques sur les animaux
Le Parlement européen veut interdire les tests cosmétiques sur les animaux (BRUT)