La pénibilité au coeur de la réforme des retraites

Le projet de réforme des retraites suscite d’importantes questions autour de la prise en compte de la pénibilité de certains métiers. Jusque-là, les régimes spéciaux intégraient cette dimension avec des départs à la retraite plus précoces.  

Le gouvernement a annoncé que la méthode de reconnaissance de la pénibilité qui existe déjà dans le privé serait étendue à la fonction publique. Comment définit-on cette pénibilité ? Quel est son impact sur la santé ? Quelles sont les professions concernées ? Le point avec Clémence Gardeil, journaliste au Magazine de la Santé.

Qu'appelle-t-on la pénibilité au travail ? 

La pénibilité, c’est ce qui peut réduire l’espérance de vie ou l’espérance de vie en bonne santé. Aujourd’hui, la loi reconnaît 6 facteurs de risque qui permettent de cumuler des points pour partir plus tôt à la retraite quand on est salarié du privé. Certains sont liés à l’organisation du travail et à ses horaires comme le travail de nuit, en horaires variables pour assurer des relais en équipes c’est-à-dire les 3/8.

D’autres risques tiennent à la nature du métier comme les travaux répétitifs, à la chaîne, où les gens réalisent des mouvements répétés. Ces trois facteurs de risque concernent beaucoup de monde dans le milieu de l’industrie.  

Les autres facteurs de risque reconnus sont les activités en milieu hyperbare (professions sous marines), à des températures extrêmes ou dans des environnements très bruyants comme dans le bâtiment.  

Quel impact sur la santé ?

Les températures extrêmes sont un facteur de risque de pathologies cardiaques. Les activités en milieu hyperbare ou le bruit, peuvent conduire à la surdité. Les travaux répétitifs, le travail à la chaîne créent souvent des troubles musculo-squelettiques comme les tendinites.  

Pour le travail de nuit, on sait aujourd’hui que pour les femmes par exemple c’est un facteur de risque du cancer du sein. Et cela favorise aussi la prise de poids et les pathologies comme le diabète ou l’obésité.  
Leur travail a un fort impact sur leur santé ce qui explique qu'ils puissent partir plus tôt à la retraite.

Que pourrait changer la réforme ?  

Aujourd’hui les salariés du privé bénéficient d’un système à points qu’on appelle le compte professionnel de pénibilité. Ce système pourrait être étendu aux fonctionnaires et aux salariés des régimes spéciaux. Tous ceux qui ont des professions pénibles partiraient à la retraite au maximum deux ans avant les autres. Les critères de pénibilité eux ne seront pas modifiés. Mais, questions cruciale, si l’âge de départ est décalé, tout le monde travaillera plus longtemps de toutes façons. 

Quelles conséquences sur la pénibilité ? 

Pour certains médecins du travail, décaler l’âge de départ à la retraite des personnes qui ont un travail pénible va les impacter plus fortement que les autres.  
En effet, quand on vieillit, on est plus fragile, et on est beaucoup plus sensible à la pénibilité. Par exemple avec le vieillissement des articulations, on va beaucoup moins bien supporter le travail répétitif ou le travail à la chaîne ce qui va créer des troubles beaucoup plus rapidement. 
Donc maintenir plus longtemps au travail des personnes plus âgées reviendrait à dégrader leur espérance de vie en bonne santé. 

La pénibilité au coeur de la réforme des retraites
La pénibilité au coeur de la réforme des retraites