Complémentaires santé en entreprise : premier bilan mitigé

Depuis le 1er janvier 2016, les entreprises ont l'obligation de financer à hauteur de 50% une complémentaire santé pour leurs employés. Une mesure ambitieuse mais un bilan en demi-teinte.

Au moment de sa mise en place, cette mesure était présentée comme un "acquis social extrêmement important" devant permettre de diminuer les inégalités entre salariés couverts et non couverts, petites et grandes entreprises. Dix mois après l'entrée en vigueur de la réforme, les différents acteurs du marché ne s'accordent pas sur les retombées.

Pour la CFDT, les entreprises ont globalement souscrit des contrats allant au-delà du panier de soins minimum imposé par la loi, démontrant ainsi leur volonté d'assurer une prise en charge médicale de qualité pour leurs salariés.

Mais cette réalité vaut pour les entreprises en bonne santé, signalent les experts en assurance. Celles qui sont aujourd'hui soumises à des difficultés ont au contraire opté pour les contrats les plus basiques mettant ainsi à mal le principe même de la mesure : la réduction des inégalités.