Ouverture d'une enquête dans l'affaire Lactalis : "On est dans une situation extrêmement grave, pire qu'un scandale sanitaire"

Pour Quentin Guillemain, père de famille qui avait déposé plainte mi-décembre contre Lactalis, "on parle d'une situation qui est bien plus grave que celle qui est indiquée par les autorités".

Quentin Guillemain, le 12 décembre 2017.
Quentin Guillemain, le 12 décembre 2017. (FRANCEINFO)

Le pôle Santé publique du parquet de Paris a ouvert vendredi 22 décembre une enquête préliminaire pour "blessures involontaires", "mise en danger de la vie d'autrui" et "tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine" dans l'affaire des laits infantiles produits par Lactalis contaminés par des salmonelles.

Quentin Guillemain, père de famille qui avait déposé plainte mi-décembre, a salué, mardi 26 décembre sur franceinfo, l'ouverture de cette enquête. "On est dans une situation extrêmement grave, c'est pire qu'un scandale sanitaire", a estimé ce représentant d'une association de victimes. 

franceinfo : Est-ce que les termes employés par la justice correspondent à vos attentes ?

Quentin Guillemain : Cela correspond à nos attentes, j'avais déposé plainte pour mise en danger de la vie d'autrui. Cela semble être le seul moyen de savoir exactement ce qui s'est passé. On ne sait pas comment cette usine [de Craon, en Mayenne] a été contaminée, on ne sait pas quels sont les produits concernés, on ne sait pas s'il n'y a pas d'autres usines concernées.

Lactalis explique que la contamination dans son usine en Mayenne est liée à des travaux.

C'est ce qu'ils disent, mais il y a 15 jours, ils disaient le contraire et qu'on avait trouvé des salmonelles dans une cuve. Il faut que la justice fasse son travail et puisse dire ce qu'il en est réellement. En 2005, dans la même usine, on a eu également des cas de salmonelle. On voudrait savoir comme c'est possible que ce soit à nouveau le cas en 2017.

Vous êtes le représentant d'une association de victimes. Avez-vous été sollicités par d'autres parents dont les enfants ont été malades ? Le 20 décembre, on recensait 31 bébés malades à cause de ce lait infantile.

C'est une association créée il y a une semaine et 1 500 parents m'ont contacté depuis. Donc on imagine bien que la situation est plus grave et qu'il y a beaucoup plus d'enfants qui ont pu être malades à cause de ce lait. On parle d'une situation qui est bien plus grave que celle qui est indiquée par les autorités. C'est un scandale sanitaire, on empoisonne nos bébés aujourd'hui. Qu'est-ce qui est fait pour empêcher ça ? Pourquoi on a attendu trois semaines pour rappeler l'ensemble des lots ? Éventuellement, des produits qu'on aurait donnés à nos enfants pour les soigner de la salmonellose auraient possiblement été contaminés également ? On est dans une situation extrêmement grave, c'est pire qu'un scandale sanitaire, on continue dans la même lancée. Il va falloir que la lumière soit faite sur ce qui s'est passé. Nous n'avons aucun contact ni avec les autorités, ni avec Lactalis.