Strasbourg : un rassemblement organisé samedi, un an après la mort de Naomi Musenga

La justice avait conclu à une intoxication au paracétamol absorbé par automédication pour expliquer la mort de la jeune femme, le 29 décembre dernier à l'hôpital de Strasbourg. Des conclusions dont ses proches refusent de se satisfaire.

Plusieurs marches ont déjà été organisées pour Naomi Musenga à Strasbourg. Ici, le 16 mai 2018.
Plusieurs marches ont déjà été organisées pour Naomi Musenga à Strasbourg. Ici, le 16 mai 2018. (FREDERICK FLORIN / AFP)

La famille et les proches de Naomi Musenga réclament toujours justice. Ils organisent un rassemblement, samedi 29 décembre, place de l'Hôpital à Strasbourg (Bas-Rhin) entre 16 heures et 18 heures, ont-ils indiqué sur la page Facebook "Justice pour Naomi Musenga". Ce rassemblement de samedi est organisé un an jour pour jour après son décès.

Le 29 décembre 2017, la jeune femme de 22 ans était morte à l'hôpital civil de Strasbourg des suites d'un arrêt cardiaque. Quelques heures plus tôt, Naomi Musenga avait contacté le Samu. L'opératrice avait pris son appel à la légère, et avait dirigé la jeune femme vers SOS Médecins.

"Nous voulons nous rappeler, nous voulons nous faire entendre, nous voulons nous soutenir"

En juillet, le procureur de la République de Strasbourg avait annoncé l'ouverture d'une information judiciaire pour "non-assistance à personne en péril" contre l'opératrice du Samu. La famille de Naomi Musenga continue de rejeter les conclusions du parquet de Strasbourg qui précisent que la mort de la jeune femme serait dûe à une intoxication au paracétamol absorbé par automédication.