Mort de Naomi Musenga : le chef du Samu de Strasbourg démissionne

Le chef du Samu de l'hôpital de Strasbourg (Bas-Rhin) a démissionné après la publication mercredi 20 juin d'un rapport à charge concernant la mort de Naomi Musenga, dont la prise en charge a été retardée, car son appel n'avait pas été pris au sérieux le 29 décembre dernier.

FRANCE 2

La réaction a été immédiate. Mercredi 20 juin, un rapport de l'inspection générale des affaires sociales charge le Samu de Strasbourg (Bas-Rhin) après la mort de Naomi Musenga, moquée par l'opératrice qui a pris son appel d'urgence. Sur place, la journaliste Caroline Arnold nous fait part de la réaction de l'établissement à ce rapport accablant : "La direction a accepté cet après-midi la démission du chef du Samu. Selon la direction de l'hôpital, il était responsable de l'organisation de son service. Il avait donc mis en place et validé les procédures. L'opératrice qui a pris en charge l'appel de Naomi Musenga a été suspendue de son poste dès que l'affaire a éclaté et est aujourd'hui sous le coup d'une procédure disciplinaire."

Une organisation à revoir

Outre les personnes en cause, il s'agit désormais de prendre des décisions de fond pour changer les choses. La journaliste confirme : "Le plus dur reste à faire pour l'hôpital : entièrement repenser l'organisation de la régulation du Samu. Comment ? Avec qui ? À quelle échéance ? Nous n'avons, pour l'instant, pas les détails."

Le JT
Les autres sujets du JT
Une enquête préliminaire a été ouverte par le procureur de la République de Blois.
Une enquête préliminaire a été ouverte par le procureur de la République de Blois. (LUC NOBOUT / MAXPPP)