Santé : un médicament contre la calvitie inquiète

Le Propecia provoque une nouvelle affaire de santé publique. Ce médicament agit contre la calvitie. Il est utilisé par 30 000 hommes en France. Plusieurs d'entre eux portent aujourd'hui plainte, et dénoncent de graves effets secondaires.

FRANCE 2

Il y a huit ans, ce trentenaire commence à perdre ses cheveux. Son dermatologue lui conseille le Propecia, efficace contre la calvitie. "On m'a tellement dit qu'il n'y avait pas de danger à prendre ce médicament que je n'ai même pas lu la notice. En une journée, c'est comme si j'avais senti que quelque chose s'était bloqué", confie-t-il anonymement.

Le laboratoire renvoie aux statistiques

Au bout de cinq mois, il aurait perdu toute libido et plongé dans un état apathique chronique. "C'est une sensation de vide vraiment atroce. Comme si ma vie s'était arrêtée il y a huit ans et que j'étais en permanence en attente que ça revienne. Le fait de ne pas pouvoir avoir d'acte sexuel est quasiment secondaire tellement c'est difficile", résume l'homme qui ajoute avoir parfois des pulsions suicidaires.

Au total, 70 dossiers de plaintes ont été constitués contre le laboratoire qui commercialise le médicament. Celui-ci renvoie aux statistiques : "Nous sommes certains de la rigueur des études scientifiques qui ont permis de développer ce médicament. (...) Les autorités de santé considèrent le rapport bénéfice-risque du Propecia favorable." Plus de 500 cas psychiatriques liés à ce médicament ont été recensés à travers le monde.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Propecia provoque une nouvelle affaire de santé publique. Ce médicament agit contre la calvitie. Il est utilisé par 30 000 hommes en France. Plusieurs d\'entre eux portent aujourd\'hui plainte, et dénoncent de graves effets secondaires.
Le Propecia provoque une nouvelle affaire de santé publique. Ce médicament agit contre la calvitie. Il est utilisé par 30 000 hommes en France. Plusieurs d'entre eux portent aujourd'hui plainte, et dénoncent de graves effets secondaires. (FRANCE 2)