Cet article date de plus de quatre ans.

Médicaments : "On regrette beaucoup cette inertie des autorités à imposer le retrait d'un médicament"

La revue médicale Prescrire a publié ce jeudi une nouvelle liste de médicaments considérés comme plus dangereux qu'utiles. Bruno Toussaint, directeur de la revue Prescrire regrette sur franceinfo "l'inertie" des autorités à imposer le retrait d'un médicament.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un nourrisson est mort, le 21 décembre 2016, par arrêt cardio-respiratoire après l'administration d'une dose d'uvestérol D. (Photo d'illustration) (MEHDI FEDOUACH / AFP)

La revue médicale Prescrire a publié, jeudi 26 janvier, une nouvelle liste de 91 médicaments dont les risques d'effets secondaires importants, voire mortels, sont plus manifestes que leur capacité à vous soigner. Bruno Toussaint, directeur de la revue Prescrire a regretté, vendredi sur franceinfo, "cette inertie, cette lenteur des autorités à imposer le retrait d'un médicament".

Le Motilium et le Voltarène font partis de la liste

Il y a 91 produits sur cette liste, dont certains très courants, comme le Motilium, le Voltarène, l'éphédrine qui sont considérés comme trop dangereux. Leurs effets secondaires graves voire mortels sont plus manifestes que leur capacité à soigner les malades. 

Un nourrisson âgé de dix jours est mort le 21 décembre à son domicile par arrêt cardio-respiratoire après l'administration d'une dose d'Uvestérol D.

>> En savoir plus : Un nouveau-né est mort après avoir reçu une dose de vitamine D

À partir de cet exemple, Bruno Toussaint a annoncé qu'il y a des "alertes depuis des années". Le directeur de la revue Prescrire a conclu sur le rôle des autorités : "On veut que les autorités agissent d'abord au service des patients. Trop souvent, elles font très attention aux intérêts des firmes pharmaceutiques".

"On demande que les autorités [...] agissent d'abord aux services des patients", Bruno Toussaint
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médicament

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.