Les erreurs d'un labo chinois pourraient provoquer des cas de cancer en Europe

Le valsartan fabriqué par le laboratoire Huahai contient de la N-nitrosodiméthylamine, une substance classée comme probablement cancérogène pour l'homme.

Le 18 juillet, le laboratoire chinois Huahai avait rappelé dans le monde entier une molécule.
Le 18 juillet, le laboratoire chinois Huahai avait rappelé dans le monde entier une molécule. (TEK IMAGE/SCIENCE PHOTO LIBRARY / ABO / AFP)

Des erreurs à hauts risques. Les impuretés contenues dans une molécule fabriquée en Chine pour l'industrie pharmaceutique vont provoquer des cas de cancer en Europe, a prévenu l'Agence européenne des médicaments (AEM). Le problème vient du valsartan, principe actif de médicaments pour patients en cardiologie.

Le 18 juillet, le laboratoire chinois Huahai avait rappelé dans le monde entier cette molécule, en raison de la présence de N-nitrosodiméthylamine (NDMA), une substance classée comme probablement cancérogène pour l'homme en cas d'utilisation prolongée.

L'AEM a indiqué ne pas savoir combien de patients cela concernerait. "Il est important de noter qu'il n'y a pas de risque immédiat pour les patients. Ceux qui prennent les médicaments touchés et ne sont pas encore passés à un autre ne doivent pas cesser de prendre leur traitement sans consulter leur médecin ou pharmacien", a-t-elle souligné.