Cet article date de plus d'un an.

Déremboursement de l'homéopathie : "Je ne sais pas comment je ferais sans"

La Haute autorité de santé va rendre son avis définitif vendredi 28 juin sur les bénéfices de l'homéopathie, qui pourrait ouvrir la voie à son déremboursement.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Pour l'instant, les médicaments homéopathiques sont remboursés à hauteur de 30% par la Sécurité sociale (STÉPHANIE BERLU / RADIO FRANCE)

Utilisatrice convaincue, Anne Didier-Pètremant l'affirme : "L'homéopathie, c'est bluffant !". Pourtant, la Haute Autorité de santé (HAS) préconise la fin du remboursement de cette thérapeuthique jugée peu efficace, et doit rendre vendredi 28 juin son avis définitif sur la question. Mais pour Anne Didier-Pètremant qui prend des petites granules pour se soigner depuis plus de trente ans, l'option d'un déremboursement serait une catastrophe."Ça n'honorerait pas du tout la France", lance-t-elle.

Tout le monde n'a pas la possibilité de financer correctement sa santé. Pour ces personnes-là, je trouve que c'est inadmissible.

Anne Didier-Pètremant, utilisatrice d'homéopathie

à franceinfo

Si la Haute Autorité de santé prenait une telle décision, ce qui devrait être le cas, Anne Didier-Pètremant continuera ses soins à l'homéopathie : "Je ne sais pas comment je ferais si je n'en avais pas. Je gère les maux de tête, les coups et les bosses avec ça. C'est fondamental. Je suis grand-mère donc c'est aussi pour mes petits-enfants." Elle affirme même avoir soigné la rubéole de l'un de ses fils : "En un tube de granules, le bébé est passé d'une fièvre très élevée à un état de parfait rétablissement". Le chat, lui non plus, n'y coupe pas : "Il y a des changements au niveau de l'apaisement et de l'agressivité qui sont impressionnants", assure Anne Didier-Pètremant, qui craint, en cas de déremboursement par la Sécurité sociale, un désengagement des mutuelles.

Reportage de Solenne le Hen
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.