"Docteur, je vais mourir alors?" Le désespoir des millions de patients atteints d'hépatite C en Afrique

Quelque 10 millions de personnes souffrent de l’hépatite C sur le continent. La majorité d’entre eux sont condamnés à une mort certaine. Les traitements sont hors de prix, explique à Franceinfo Afrique le docteur Camara Mory Ismaël, président de la Ligue ivoirienne de lutte contre les hépatites virales.

Le docteur Camara Mory Ismaël est président de la Ligue ivoirienne de lutte contre les hépatites virales
Le docteur Camara Mory Ismaël est président de la Ligue ivoirienne de lutte contre les hépatites virales (LILHVI)

Face à ses patients atteints de l’hépatite C, le docteur Camara Mory Ismael reste désarmé. Comment leur expliquer qu’un traitement existe bel et bien pour les guérir de leur terrible maladie, sachant bien que ce médicament est hors prix ? Il est pourtant obligé de se plier à cet exercice dans la structure publique où il exerce à Abidjan.

"On lit dans leurs yeux le désespoir. Lorsqu’on leur explique la situation, leur première réaction est : 'Docteur, je vais mourir alors?' Malheureusement, il existe des armes efficaces contre la maladie mais qui ne sont pas à notre portée".

Le docteur Camara est président de la Ligue ivoirienne de lutte contre les hépatites virales. Il explique à franceinfo Afrique la détresse des milliers d’Ivoiriens porteurs du virus de l’hépatite C, condamnés parce qu’ils n’ont pas les moyens de payer leur traitement.

"Rien que pour obtenir un diagnostic, il faut payer entre 150 et 200 euros. Certains prélèvements doivent être expédiés en Europe pour y être examinés. Ensuite, il faudra débourser 90 000 dollars pour trois mois de traitement… Seuls quelques rares privilégiés disposent d’une assurance et peuvent bénéficier d’une prise en charge", observe-t-il.

"Des médecines alternatives"

Que faire face au désespoir ? Comment résister à la peur de la mort, devenue la seule issue pour des millions de patients en Afrique? Nombreux parmi eux se tournent de plus en plus vers ce qu’on appelle les tradi-praticiens qui leur donnent des médications souvent toxiques pour leur foie. "Ils tentent leur chance vers des médecines alternatives qui accélèrent et qui compliquent la maladie", déplore le docteur Camara. 

L’hépatite C est une inflammation du foie causée par un virus qui se transmet par le sang. Quelque 71 millions de personnes en souffrent à travers le monde. Le virus se propage notamment par le partage du matériel d’injection pour les consommateurs de drogues, ou par la transfusion de sang et de produits sanguins n’ayant pas fait l’objet d’un dépistage. Il peut aussi être transmis lors de rapports sexuels ou à son nourrisson par une mère infectée. La période d’incubation va de deux semaines à six mois. Pour la plupart des patients atteints par la forme chronique de la maladie, l’infection évolue vers la cirrhose ou le cancer du foie. Aucun vaccin contre cette maladie n’est disponible à ce jour.

C’est dire le soulagement du monde médical après l’annonce, en 2010, de l’arrivée sur le marché des antiviraux à action directe (AAD). Ces nouveaux traitements permettent désormais de soigner jusqu’à 95% des malades. Mais la joie a été de courte durée en raison des prix prohibitifs de ces médicaments.

A quoi cela sert-il de fabriquer un médicament de pointe si personne ne peut l'acheter ?Jessica Burry, responsable de la campagne d'accès aux médicaments de MSF

La campagne menée par Médecins Sans Frontières (MSF) a contribué à sensibiliser les gouvernements sur la nécessité de négocier avec les firmes pharmaceutiques propriétaires des brevets pour obtenir des traitements moins onéreux.

Des génériques sont désormais disponibles dans certains pays africains. En Côte d’Ivoire, ils sont distribués par l’intermédiaire de laboratoires indiens et pakistanais. Mais les prix restent élevés : 450 euros pour les moins onéreux.

"S’approprier la lutte contre les hépatites virales"

Jadis considéré comme le pays le plus touché au monde, avec plus de 10% de la population infectée par l’hépatite C à la fin des années 2000, l’Egypte fait partie des rares Etats africains qui ont pris les devants pour faire face à cette pandémie. Ce pays dispose désormais de ses propres génériques fabriqués localement. Il fournit des traitements contre l’hépatite C pour 50 à 120 dollars par patient.

"Cela peut être tenté aussi en Côte d’Ivoire, mais je pense que dans la lutte contre cette pandémie en Afrique, il faut une synergie d’actions au niveau sous-régional. On pourrait installer un laboratoire à Abidjan, à Ouagadougou, à Bamako ou à Dakar pour approvisionner toute la sous-région", suggère le docteur Camara.

Pour lui, il est grand temps que les Etats africains s’approprient la lutte contre les hépatites virales et qu’ils y consacrent des investissements conséquents pour mettre un terme aux ravages de ces maladies sur le continent.