Mediator : une pétition accuse Servier de ne pas indemniser

Trente signataires, dont de nombreux médecins, pointent du doigt le laboratoire Servier, qui avait commercialisé le Médiator, un médicament interdit depuis 2009, accusé d'être à l'origine de la mort de centaines de patients. La pétition dénonce des gros problèmes d'indemnisation. Le laboratoire Servier dément.

(Une pétition s’insurge contre le laboratoire Servier qui rechigne à indemniser les victimes du Mediator © MaxPPP)

Dans une pétition mise en ligne publiée mercredi soir, 30 médecins, philosophes et personnalités engagées, rappellent au laboratoire Servier et à la profession médicale leurs obligations légales et morales. Les signataires s’insurgent contre le laboratoire Servier qui rechigne à indemniser les victimes du Mediator. "Si les représentants du laboratoire Servier déclarent devant les micros vouloir indemniser les victimes du médicament Mediator, leurs avocats sont engagés dans une guérilla juridique qui désespère les malades, dont certains sont mourants. Dans le même temps, certains médecins poursuivent leurs partenariats institutionnels avec Servier, malgré les éléments graves qui pèsent sur cette entreprise et son comportement inacceptable", accuse la pétition.

Des problèmes d’indemnisation

C’est le docteur Irène Frachon qui avait donné l’alerte sur le Mediator afin de le faire interdire. Aujourd’hui, elle dénonce un laboratoire sans foi ni loi, qui refuse de payer pour indemniser les patients. Elle accuse notamment l'avocat Jacques Antoine Robert de ralentir les procédures. "Le laboratoire Servier va indemniser toutes les victimes à condition que cela ne coûte rien. Or aujourd’hui, il y a des factures lourdes qui arrivent chez Servier, de patients dramatiquement handicapés, et là Servier ne veut plus payer. C’est officiel depuis juin dernier. "

Un communiqué de presse de l’Office nationale d’indemnisation des accidents médicaux avertit que c’est l’argent public qui va indemniser "ses patients à la place de Servier du fait des multiples contestations du laboratoire."

Servier dément

De son côté, Jacques-Antoine Robert dément ces accusations et assure qu'il fait tout pour assurer l'indemnisation des victimes, et qu'il a pour cela une équipe d'une dizaine d'avocats qui travaille quotidiennement sur ce dossier. "Mon métier, depuis deux ans et demi, c’est de procéder à l’indemnisation des malades du Mediator. Alors entendre, sur tous les médias, que l’on n’indemnise pas ou plus pour moi c’est une profonde contre-vérité. Aujourd’hui, 5.350 demandes d’indemnisation ont été étudiées et elles se sont toutes bien passées. "

Il n’y a eu que huit cas ayant fait l’objet d’un débat, deux cas sont réglés, et il en reste six pour lesquels les laboratoires Servier ont fait une offre. "A ce jour, seules 3% des offres ont été refusées par les patients. Le travail de fond est là et il est réel. "

Mediator : Irène Frachon et Jacques-Antoine Robert débattent sur les problèmes d'indemnisation, au micro de Célyne Baÿt-Darcourt
--'--
--'--