Maltraitance des enfants : des recommandations aux médecins pour détecter les cas

Chaque jour en France deux enfants meurent sous les coups d'un proche. Pour aider les médecins à détecter et à signaler les cas de maltraitance, la Haute autorité de Santé publie ce lundi des recommandations pratiques.

(Les médecins vont être sensibilisés à détecter les enfants maltraités © MAXPPP)

Selon les estimations, 90 % des enfants maltraités en France ne sont pas repérés et restent donc dans la nature avec leur souffrance. Et parmi ceux qui sont signalés, 20 % le sont par les services sociaux, 20 % par l'éducation nationale et 17 % par des membres de la famille. Les médecins restent donc minoritaires dans ces signalements. "Aujourd'hui en France seulement 5% sont réalisés par des professionnels de santé. Il est évident que les médecins ont des freins pour signaler ", détaille Cédric Grouchka de la Haute autorité de santé. 

 

Parmi ces freins, il y a la peur de se tromper, d'être poursuivi, d'être agressé par la famille ou de perdre des patients. Mais il y a aussi un problème de formation. Le docteur Céline Raphaël l'a constaté. "J'ai fait mes études de médecine à Paris et sur dix ans d'étude, j'ai eu une heure de cours sur le syndrome de Silverman qui reste en plus une forme de maltraitance très particulière et qui ne représente pas la maltraitance en général ", raconte-t-elle.

 

La Haute autorité indique donc les signes physiques et psychiques qui doivent alerter et rappelle qu'en cas de suspicion de maltraitance il y a levée du secret médical. Selon la gravité du cas, un médecin peut transmettre une "information préoccupante" auprès du conseil général ou prévenir le procureur de la république