VIDEO. "C'était comme une drogue, l'anorexie m'a bouffée", témoigne Solène

Son parcours de guérison, Solène a choisi de le partager sur TikTok. L'anorexie, c'est ça.

BRUT

"Deux semaines avant mon hospitalisation, ma mère m'a regardée et elle s'est mise à pleurer. Elle a fondu en larmes, littéralement. Je ne l'avais jamais vue comme ça."

Solène a 17 ans. Depuis qu'elle a 14 ans, elle souffre d'un trouble alimentaire : l'anorexie. Son anorexie s'est déclenchée après un évènement traumatique dans sa jeunesse. "Mon anorexie ne s'est pas vue physiquement directement parce que j'ai toujours été considérée comme fine. Et donc mes parents ne s'inquiétaient pas forcément. Après, l'école s'en est aperçue parce que je ne mangeais plus à la cantine, ou alors je mangeais peu, et le peu que je mangeais, je le revomissais", confie Solène. Elle reste hospitalisée pendant 3 mois et doit redoubler. Deux ans plus tard, elle rechute, beaucoup plus sévèrement que la première fois. "J'avais du mal à respirer, j'avais du mal à marcher, j'avais du mal à écrire, je dormais tout le temps en classe", raconte-t-elle.

"Il ne faut pas se laisser influencer par ce qu'on voit sur les réseaux, c'est juste des images"

En février 2020, Solène s'est fait hospitaliser une deuxième fois, cette fois-ci avec une sonde dans son nez pour l'alimenter. "Je suis arrivée à 37 kilos pour 1 mètre 66. Je sais que quand je suis arrivée, un médecin psychiatre m'a dit : "Comment ça se fait que tu es toujours vivante, en fait ?"", se souvient-elle.

Le 11 mai 2020, Solène a pu rentrer chez elle mais elle continue toujours son processus de guérison. Et aujourd'hui, elle le raconte sur son TikTok. "J'avais vu beaucoup d'instagrameuses qui avaient montré leur parcours de guérison et moi, je voulais faire de même et je me disais que ça pouvait aider d'autres personnes aussi, alors j'ai commencé à montrer mon parcours, enfin, ma guérison", explique Solène.

VIDEO. \"C\'était comme une drogue, l\'anorexie m\'a bouffée\", témoigne Solène
VIDEO. "C'était comme une drogue, l'anorexie m'a bouffée", témoigne Solène (BRUT)