Vaccination : histoire d'une révolution de la médecine

En 1885, Louis Pasteur a révolutionné la médecine grâce à sa découverte du vaccin contre la rage. 135 ans après sa découverte, la vaccination suscite toujours une grande défiance. 

FRANCE 2

En France, Louis Pasteur a été le pionnier de la vaccination avec son vaccin contre la rage, en 1885. Il a été le premier à avoir eu l'idée d'utiliser un virus atténué, rendu moins agressif, pour stimuler les défenses de l'organisme. Une nouvelle ère de la médecine moderne débute alors. Pour faire reculer la tuberculose, Albert Calmette et Camille Guérin mettent au point le vaccin BCG, le plus utilisé de l'histoire.

Les vaccins essentiels contre les épidémies

En 1953, l'Américain Jonas Salk crée un vaccin contre la poliomyélite à partir de virus cultivés in vitro. Cela permettait de le fabriquer à grande échelle. Dans les années 60, les découvertes s'enchaînent avec des vaccins contre la rougeole, la rubéole ou encore les oreillons. Mais ils suscitent une défiance. "Ça élimine un risque sur le moment mais pour les enfants, on ne sait pas ce que ça donne après comme suite", se demandait une femme en 1962.

Dans les années 80, grâce à la génétique, les chercheurs décryptent l'ADN des microbes. Désormais, ils interviennent au cœur des virus et les modifient pour créer des vaccins nouvelle génération comme celui de l'hépatite B. Au pays de Pasteur, les anti-vaccins donnent de la voix, même si les vaccins restent essentiels contre les épidémies.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une volontaire reçoit un vaccin expérimental contre le coronavirus, le 21 juillet 2020 à Sao Paulo (Brésil).
Une volontaire reçoit un vaccin expérimental contre le coronavirus, le 21 juillet 2020 à Sao Paulo (Brésil). (SAO PAULO STATE GOVERNMENT / AFP)