Un pancréas artificiel, qui permet de personnaliser la dose d'insuline, bientôt commercialisé

Cette innovation technologique permettra d'administrer la bonne dose d'insuline au patient. Ce pancréas artificiel est présenté officiellement mardi 17 septembre. 

Le pancréas artificiel présenté mardi 17. 
Le pancréas artificiel présenté mardi 17.  (LUCA PROVINCIALI)

C'est la dernière ligne droite avant la commercialisation du pancréas artificiel : ce dispositif médical, conçu par une entreprise française, est attendu depuis des années par les patients diabétiques de type 1. Il est présenté officiellement mardi 17 septembre à la communauté des diabétologues, réunis au Congrès européen du diabète à Barcelone en Espagne. Le pancréas artificiel parvient à réguler lui-même le taux d'insuline nécessaire aux diabétiques de type 1. Ils sont environ 200 000 aujourd'hui en France.

Un système intelligent pour diffuser l'insuline 

Le pancréas artificiel, l'expression peut être trompeuse, car ce n'est pas un organe que l'on implante dans le corps du patient. "C'est un système qui est composé de trois éléments, explique Marc Julien, co-dirige Diabeloop, la société grenobloise qui a conçu ce dispositif. À l'intérieur, il y a "un capteur de glucose qui va prendre la mesure toutes les cinq minutes et qui l'enverra à un terminal sur lequel il y a l'intelligence artificielle que nous avons développé". "Elle va calculer la quantité optimale d'insuline dont le patient a besoin à ce moment précis, explique Marc Julien, co-dirige Diabeloop. Ce terminal va donner l'ordre à la pompe à insuline de la diffuser automatiquement, sans que le patient n'ait rien à faire".

Ce capteur de glucose en continu et la pompe à insuline, cela existait déjà, la nouveauté c'est le terminal, à la forme d'un téléphone portable, qui fait le lien entre les deux. En clair, à la place du pancréas, le dispositif travaille tout seul et il est personnalisé, explique Yousra Tourki, ingénieure spécialisée en intelligence artificielle. "L'équipe a mis en place un algorithme qui va s'adapter à la physiologie de chaque patient, ce qui n'était pas possible avant. L'objectif est de garder une glycémie qui soit la plus stable possible", explique-t-elle. 

Une commercialisation prochaine en France 

Ce dispositif doit apporter une tranquillité inédite aux diabétiques de type 1. Aujourd'hui, explique le Dr Guillaume Charpentier, l'un des diabétologues à l'origine du projet, les malades doivent eux-mêmes surveiller en permanence leur taux de sucre dans le sang. "Cela envahit complétement la vie de ces gens-là", indique le diabétologue. "Si vous vous trompez dans la dose d'insuline et que vous en mettez trop, vous allez faire une hypoglycémie trois heures plus tard, détaille-t-il. En hypoglycémie pendant quelques minutes vous ne savez plus où vous êtes et vous tremblez, voire vous perdez connaissance". 

Ce pancréas artificiel s'adressera dans un premier temps aux adultes. Il devrait être commercialisé dans les prochains mois. En France, les autorités sanitaires étudient actuellement son possible remboursement par la Sécurité sociale.